Pour pouvoir se la raconter, même lorsque l'on est pas journaliste!

Pimp my magazine

Otograff, quel drôle de nom!

Derrière ce sobriquet surprenant se cache en fait une entreprise éditrice de magazines politiques trimestriels personnalisables (wouh, tout un programme!).

Mais attention, on ne parle pas ici de simples livres où le contenu est simplement interchangeable via un choix d'articles ou de contenus plus ou moins important (enfin, si, mais pas que!)

L'originalité du concept tient en ce que les articles de la partie interchangeable (environ 30 pages sur un total de 100) sont en fait des papiers écrits par des contributeurs internet, soit, finalement, vous et moi. L'idée est de laisser n'importe qui proposer du contenu via le site, l'article pouvant porter sur à peu près n'importe quel sujet (qui doit toutefois avoir trait à l'actualité, de près ou de loin).

Le contenu proposé est ensuite passé au crible par un groupe de modérateurs du site (des journalistes professionnels) qui sélectionnent les bons papiers. La sélection n'est toutefois pas draconienne, et la plupart des articles écrits sont acceptés. Il n'y a d'ailleurs pas de limite en terme de nombres de feuillets acceptés.

A charge ensuite au lecteur de se fabriquer son propre journal, en piochant dans cette base d'article disponible sur le site d'Otograff, pour ensuite recevoir son magazine à l'état final.

Et bien sûr, rien n'empêche de produire soi-même du contenu afin de pouvoir se sélectionner par la suite. Un peu d'autosatisfaction n'a jamais tué personne!

A noter qu'à destination des entreprises, Otograff propose également une solution clé en main leur permettant de façonner leur propre journal pro. Et ce coup-ci, entièrement personnalisé!
Un peu façon MadMagz en fait.

Rédigé par Johnatan Farouz