Difficile pour une entreprise de choisir le modèle de smartphone qui lui permettra de faire tourner les applications métiers utiles à son activité. Les interfaces de développement universelles sont une solution.

Par Raymond Sclison, directeur technique de Solucom.
Le succès considérable de l'iPhone a donné un coup de fouet à l'industrie du smartphone. Et fait à mon sens véritablement décoller un marché jusqu'alors encore discret. Il a montré que la concentration et l'homogénéisation étaient des facteurs d'accélération de l'adoption. Avec l'iPhone au moins, tout le monde a compris à quoi pouvait servir un ordiphone. Bien sûr la petite merveille d'Apple n'est pas exempte de défaut et elle possède depuis peu des concurrents. Google commence à grignoter significativement des parts de marché. D'abord aux Etats-Unis, et bientôt en Europe, avec son système Android. Au passage il a contribué à sauver Motorola de la catastrophe. Et n'oublions pas RIM (Blackberry), Nokia et Microsoft ! Chacun de ces termes désigne aussi bien un type de smartphone qu'une plate-forme de développement. Et c'est là que le bât blesse.
Une plate-forme universelle
Difficile pour les entreprises d'y voir clair dans les modèles de développement, de mobiliser des compétences sur ces plates-formes, et de faire des choix pertinents. Mais je crois qu'une solution est peut-être en vue, avec l'esperanto de l'informatique des années 2000 : HTML. Les smartphones possèdent tous un puissant moteur d'affichage HTML permettant l'accès au web avec le maximum d'efficacité. C'est cette capacité qui a été mise à profit par quelques éditeurs pour proposer des plates-formes de développement "universelles". Celles-ci permettent de générer une application pour plusieurs types de smartphones. Elles s'appellent Titanium Mobile ou PhoneGap. Elles sont dans une mouvance open-source et se sont développées très vite en 2009. Leur promesse : développer des modules mobiles avec les technologies les plus connues : HTML-Javascript-CSS.
Faciliter la création aux développeurs d'entreprise
Donner la possibilité de développer des applications natives avec ces technologies, c'est pour moi ouvrir le marché du développement à tous les créateurs d'entreprise qui les maîtrisent. Globalement la promesse est tenue. Certes quelques spécificités des plates-formes ne sont pas encore couvertes mais elles deviennent rares. Pour peu que les abonnements data soient encore plus accessibles pour les entreprises, les smartphones vont changer la manière dont on accède aux applications du SI. En proposant des interfaces de développement logiciel universelles et dans les technologies HTML les plus répandues, le marché est réellement susceptible de décoller en entreprise. On passerait alors d'un modèle de développement dominé aujourd'hui par des petites sociétés spécialisées à fort niveau d'expertise, à du développement "commun" et donc moins cher et plus maîtrisable.