Quel déclic a fait passer les jeux vidéo du rang de simple passe-temps réservé à une population relativement restreinte, à un phénomène désormais mondial et généralisé? Les Pokémon bien sûr!

Sans les Pokémon, vos enfants ne joueraient pas autant aux jeux-vidéos...

 

Comme promis, le sujet d’aujourd’hui va sortir des sentiers balisés. Mon but est ici de répondre à une question que nombre de parents se sont déjà posée : « Pourquoi mon enfant passe-t-il son temps devant un écran, à jouer à de stupides jeux en ligne, et à vouloir faire évoluer des personnages de toute façon virtuels ? » (Les succès de Farmville ou des Sims illustrent bien cette tendance). Pour cela, je vais m’attarder sur un jeu célèbre. Un jeu qui a traversé les générations, et où le but est de faire évoluer de petites créatures en de puissants monstres, afin de montrer à ses amis, et désormais au monde entier que le plus fort, c’est nous. (J’en profite d’ailleurs pour faire passer un message à mon ami Q.D. : même 10 ans après, le plus fort, c’est moi)

Certains l’auront deviné, Les Pokémon, leurs mystères et le secret de leurs pouvoirs sont au menu du jour. Pourquoi ce thème? Joueur dès 1997, lors de la sortie de la première version du jeu, (oui, ça commence à dater), j’observe aujourd’hui mes petits frères dans leurs duels. Mais une question me taraude. Comment expliquer un tel succès au fil des années? Pourquoi les Digimon et autres médabots, stars de la fin des années 90, au même titre que Sacha et son légendaire Pikachu, sont-ils aujourd’hui tombés dans l’oubli le plus total, alors que les Pokémon perdurent envers et contre tout ?

 

Plusieurs dizaines de pages seraient nécessaires pour explorer de fond en comble le mystère qui entoure ces terribles monstres de poche (Pokémon est en fait l’abréviation de « pocket monsters »). Je me contenterai donc de citer ce qui, à mon sens, est au cœur de la réussite de la franchise :

Le principe de base est plus que simple. De fait, simplement jouer ne demande aucune connaissance  préalable. On allume la console, On choisit son Pokémon, et hop, c’est parti pour l’aventure! En bref, le plaisir est instantané, et le concept, bien que copié, n’a jamais été égalé.

Pour autant, le jeu a su se complexifier au fil de ses évolutions, et certaines de ses facettes relèvent clairement du jeu de stratégie. En effet, développer le potentiel de chacun des 649 Pokémon à son maximum, et comprendre toutes les tactiques de duel demande des heures et des heures de jeu (certains parents ont déjà dû s’en rendre compte…). En bref, les concepteurs ont su multiplier les angles d’approche, agrandissant par là même la taille du marché cible. Ils touchent maintenant jeunes enfants comme adolescents, voire même adultes (que l’on retrouve en nombre lors de tournois internationaux).

Un merchandising ultra-efficace est venu compléter le jeu vidéo estampillé Nintendo. Dessins animés (si la série continue sur les mêmes bases, elle risque fort de dépasser le millier d’épisodes) cartes à jouer (la 72784ème extension vient de voir le jour…), cartables, stylos, peluches, ou papier toilette (authentique) sont autant de vecteurs d’expansion de l’univers Pokémon, qui s’est durablement inscrit dans l’inconscient collectif des petits comme des grands, le plus souvent par le biais de la plus célèbre des souris électriques, j’ai nommé le grand Pikachu. Malgré la diminution notable de l’œuvre, flagrante dans les récents épisodes télévisés, simples redites des premières saisons, l’image de la souris jaune perdure.

Enfin, les Pokémon ont su être avant-gardistes. Le principe même du jeu –basé sur l’échange et le combat entre dresseurs/joueurs – s’adapte parfaitement aux technologies Wi-Fi désormais disponibles. En bref, Pokémon a préfiguré le jeu moderne, interactif et mondialisé. Ainsi le câble link, premier moyen de connecter des consoles entre-elles, avait-il été développé spécifiquement pour les jeux Pokémon.

 

 

En conclusion, les Pokémon sont un modèle de réussite extraordinaire. Et malgré les reproches que l’on peut leur adresser, ils continue de déchaîner les passions. Initiateur du concept d’élevage, d’entraînement de créatures destinées à se confronter à la planète entière, Pokémon est par bien des côtés, le père spirituel de bon nombre de jeux mettant en jeu des créatures à capturer ou combattre (Monster Hunter, pour n'en citer qu'un).

Je terminerai ce billet de blog par le crédo qui a fait naître la folie Pokémon, et qui fut un temps l’étendard de toute une génération de gamers, moi y compris.

 

ATTRAPEZ-LES TOUS!!

Rédigé par Johnatan Farouz