Pour favoriser la synergie entre l'industrie, la recherche et la formation, l'Etat investira 1,5 milliard d'euros sur trois ans dans les fameux pôles de compétitivité, soit deux fois plus que ce...

Pour favoriser la synergie entre l'industrie, la recherche et la formation, l'Etat investira 1,5 milliard d'euros sur trois ans dans les fameux pôles de compétitivité, soit deux fois plus que ce qui était initialement prévu. Dans les projets prévus, une bonne place est réservée aux nouvelles technologies, notamment en Ile-de-France et en Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

Dominique de Villepin a dévoilé hier, à l'occasion du Comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire (CIADT), la liste des 67 pôles de compétitivité chargés de relancer la croissance française, de créer des emplois et de lutter contre les délocalisations. "Nous franchissons une étape majeure de l'histoire industrielle de notre pays", a affirmé le Premier ministre à cette occasion. Les pôles orientés high-tech sont envisagés comme des projets à vocation mondiale.

L'Ile-de-France accueillera les pôles "Systèmes et TIC", avec Thalès comme acteur incontournable, et "Imagerie, multimédia et vie numérique". Le pôle "Solutions communicantes sécurisées" qui, autour de STMicroelectronics, s'occupera de la carte à puce et de l'étiquette électronique, s'installera dans la région Paca.

La Bretagne accueillera le pôle "Images et réseaux", alors que le pôle "Loisirs numériques" ira à la région Rhône-Alpes. Enfin, l e Nord-Pas-de-Calais réunira les grands noms de la distribution et de la vente par correspondance pour un pôle "Industries du commerce", centré sur les applications informatiques.

(Atelier groupe BNP Paribas - 12/07/2005)