Et si un jeu idiot devenait finalement un outil précieux pour aider les personnes analphabètes ? Le jeu, disponible sur un serveur vocal est en train de devenir un véritable phénomène viral au Pakistan.

Polly, le jeu mobile qui cherche à combattre l'analphabétisme au Pakistan

Polly est un jeu simple mis en place par l'Université Carnegie Mellon à Pittsburgh. Lorsqu'un utilisateur appelle le numéro de téléphone, il peut enregistrer un message et Polly ajoute des effets sonores amusants. Une fois le message à son goût, l'appelant peut le transmettre à ses contacts. Si Polly ne semble pas un projet très élaboré, il pourrait cependant, grâce au processus de gamification, atteindre les personnes analphabètes ou peu alphabétisées. Polly avait été testé en mai 2012 par 5 travailleurs peu qualifiés à Lahore au Pakistan. En septembre, 160.000 personnes utilisaient le service vocal. Un vrai phénomène viral !

"Si la plupart des Pakistanais ont accès à un téléphone, ils ne comprennent pas toujours comment fonctionnent les services téléphoniques automatisés", explique Ali Agha Rasa, un doctorant en technologie langagière au Pakistan. "Ils s'attendent à parler à une personne à l'autre bout de la ligne et lorsqu'un répondeur vocal leur demande de presser la touche 1 ou 2 pour accéder à un service, ils continuent à parler." 

Les chercheurs sont donc résolus à développer Polly pour que les Pakistanais puissent ensuite maîtriser d'autres services téléphoniques. Les messages vocaux représentent une alternative pour les personnes analphabètes. La barrière de l'écriture pourrait ainsi être effacée et cela pourrait les aider à trouver un emploi, acheter ou vendre des marchandises ou même devenir politiquement actif. "Nous numérisons quotidiennement les annonces des journaux pakistanais, les enregistrons dans la langue locale et les rendons disponibles par audio-navigation sur Polly", explique Ali Agha Rasa. Un moyen, non pas de combattre l'analphabétisme mais de trouver des solutions pour rendre accessibles des services à une majorité de la population.

Rédigé par Marion Auvray