La Commission européenne calculera le 31 décembre prochain le premier taux de change de l’euro par rapport au dollar, sur la base des relevés des taux du jour des monnaies participantes, communiqués...

La Commission européenne calculera le 31 décembre prochain le premier taux de change de l’euro par rapport au dollar, sur la base des relevés des taux du jour des monnaies participantes, communiqués par chaque banque centrale. Au cours d’une cérémonie au siège du Conseil des ministres de l’Union européenne à Bruxelles, en présence des ministres des Finances des Quinze, la Commission dévoilera vers 12 h 30 locales les taux de conversion de chacune des monnaies participantes par rapport à l’euro. Les télévisions des pays intéressés retransmettront en direct cette réunion de lancement de l’euro. Les chiffres seront publiés sur le site Internet de l’euro en temps réel (http://www.europa.eu.int/euro). Une réception et le lâcher de 3 000 ballons décorés du sigle de l’euro clôtureront cette inauguration. Pendant trois ans, la monnaie européenne coexistera avec les monnaies nationales.

Par ailleurs, le Comité national de l’euro a proposé hier que les commerçants soient alimentés en billets et pièces en euros dès la fin 2001 pour pouvoir rendre la monnaie en euros dès le 1er janvier 2002. Les euros seront “prépositionnés” auprès des banques et mis à la disposition des commerçants sous forme de fonds de caisse standardisés. Ensuite, du 1er au 15 janvier 2002, les pouvoirs publics mèneront une importante campagne pour inciter les gens à basculer au plus vite au tout-euro pour éviter l’usage d’une double caisse ou d’un double porte-monnaie aux commerçants et aux consommateurs. Devant durer initialement jusqu’au 1er juillet 2002, la période de double circulation serait raccourcie à six ou huit semaines. Dès la deuxième quinzaine de février, les francs n’auront plus de cours légal et pourront être refusés par un commerçant. Il faudra alors se rendre dans une banque pour échanger les francs en euros. Pendant dix ans pour les billets et un an pour les pièces, la Banque de France poursuivra l’échange. (Les Echos Libération 15/12/1998)