Le commerce est affaires de sigles ? C'est en tous cas vrai quand on parle marketing et que l'on veut expliquer comment faire passer des consommateurs du virtuel au réel

Rabbit to Dragon, rodent to reptile, fur to scale, dust to dust

 

C’est depuis ce week-end l’année du dragon d’eau qui suivait celle du lapin, et de là bas, l’empire du milieu, Patrice Nordey nous envoyait il y a peu une chronique sur les relations entre le magasin et le web mobile, où l’envoyé permanent de L’Atelier en Asie nous disait que dans cette zone, c’est une tendance majeur. Tendance que l’on retrouve aussi en Europe et aux USA, ce qui soit dit en passant est révélateur de la nouvelle synchronicité des tendances high-tech dans le monde.

Patrice utilisait alors ce vocable : O2O pour Offline to online, où comment les technologies mobiles et web arrivent à drainer du traffic humain dans les boutiques de la vie réelle en briques & mortier. Preuve que la tendance est également hexagonale, le printemps hors saison, la floraison, l’éclosion, ad lib de termes pour indiquer les relations entre virtuel et réel. En recevant Bérangère Lamboley, directrice générale marketing & communication de But, j’ai appris ROPO (Research Online Purchase Offline), et ce matin, dans ma boite mail en surcharge pondérale permanente, que lis-je ?

Et bien je ne sais plus, puisque ma messagerie étant en surpoids, et que j’ai supprimé le message.  Bon, en recherchant sur l’Internet du web mondial, je n’ai trouvé que ROBO (Reseach On Line Buy Off Line). Bon, tout ça me casse un peu la dynamique argumentaire, mais la tendance est là. Na.

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia