Les études qui s'intéressent aux réseaux sociaux pour connaître la popularité d'un candidat et de ses propositions se multiplient. Dernière en date, celle de SocialBakers, dédiée à Facebook.

Les réseaux sociaux, meilleur moyen de sonder la population ?

Lorsque l'on vous disait que vous ne saviez pas ce que l'on faisait de vos informations sur les réseaux sociaux...Eh bien aujourd'hui on le sait. Du moins, politiquement. Car du 1er au 29 février 2012, votre activité sur Facebook relative aux pages des candidats a été soigneusement enregistrée par Socialbakers, une société d'analyse de statistiques sur les réseaux sociaux, et diffusé sur un microsite.

Pas de panique, cela ne vous portera pas préjudice : les informations récoltées sont des informations publiques sur des profils ouverts ou sur les pages des candidats. Donc, à priori, vous ne souhaitiez pas les cacher.

Nombre de "like", de commentaires, nuages de mots-clefs: Socialbakers sort l'artillerie lourde. Vous saurez ainsi quel est le nombre de fans par candidat, et la croissance de ceux-ci. Mais pas seulement, car savoir combien une page a de fans, vous pourriez le faire vous-même.

C'est pourquoi il y a également le nombre de personnes qui parlent d'un candidat, c'est-à-dire qu'ils aiment le candidat, enfin sa page, puis publient du contenu, commentent, "likent" ou identifient une photographie. C'est la catégorie "Ils en parlent".

Ou encore "Diffusion Virale". La "Diffusion Virale" permet de savoir combien d'autres utilisateurs du réseau social peuvent être atteints juste parce qu'un ami a décidé de parler politique sur Facebook. Cet outil scientifique se calcule grâce au nombre de "Like" et de commentaires multipliés par le nombre moyen d'amis par utilisateur, à savoir 140 (si vous êtes au dessus, vous pouvez le dire; sinon...non; et, oui, vous pouvez faire le calcul tout seul).

Et puis enfin, Socialbakers calcule le nombre d'interactions entre les utilisateurs actifs. Donc le nombre de fois où Pierre répond aux commentaires des autres ou les "like". Ce qui permet de connaître le pourcentage total que recueille un candidat sur l'ensemble des interactions. C'est le "% du nombre total d'interactions".

Dans le détail, et selon les conclusions de SocialBakers, Jean-Luc Mélenchon est bon en interaction, Nicolas Sarkozy en "Ils en parlent". Et les termes les plus utilisés par tous les candidats au cours du mois de Février, symbolisés par un nuage de mots, sont d'abord "France" puis "amis", "heures", "février", "invité", "meeting", "soir" ou encore "monde". De manière plus étonnante toutefois, on trouvera également le mot... "dede" - saurez-vous le retrouver ?  

Rédigé par Renato Martinelli