Les chercheurs sont des foudres d’inventivité quand il s’agit de trouver un moyen de réveiller leurs congénères.

Un réveil électrochoc

Rappelez-vous, on vous avait déjà parlé d’un réveil un peu sadique qui balançait des petites balles dans votre direction et dans toute la pièce pour réveiller. Et alliait à cette tempête matinale une sonnerie stridente, qu’il n’était possible d’interrompre qu’une fois toutes les balles restituées sur les blanches pattes du réveil. Sympathique, non?
Si je me souviens bien, un autre réveil proposait, lui, d’éveiller l’Endymion (ou le laid) tout doucement au moyen d’un bracelet, aux subtiles vibrations, l’heure du lever arrivée.

Un étudiant indien, Sankalp Sinha, opte pour une troisième méthode. La manière forte. Celle des gros durs et/ou masochistes, au choix. Il a conçu un réveil baptisé de manière assez éloquente, le «Good morning Sing n Shock». I'm singing and being shocked in the rain (ou pas).

C’est traumatisé par ses pannes d’oreillers à répétition qu’il a eu l’idée: le réveil grâce aux électrochocs.
L’idée: flatter le sommeil en éveillant d’une chanson favorite, puis administrer un choc électrique d’un volt, à l’utilisateur qui osera tapoter le bouton «Snooze». Même tarif pour celui qui touche au bouton «arrêt».  1 volt, rien de bien méchant, cependant. Pour comparaison, le Taser délivre une décharge de 50 000 volts.

Et l’idée attire, puisque son inventeur serait actuellement en pourparlers avec plusieurs fabricants, pour passer l’objet en production.

Rédigé par Lila Meghraoua
Journaliste/Productrice radio