La tablette va t-elle remplacer l'ordinateur ou en être complémentaire ? Quoi qu'il en soit, des applications prometteuses se font jour dans la santé, la vente et la distribution.

 

Périodiquement, une révolution est annoncée dans le monde de la communication, des médias et des nouvelles technologies, déclenchant chez la quasi-totalité des acteurs du secteur une frénésie de débats, de stratégies et d’investissements. Les fabricants d’équipements, éditeurs de logiciels et de systèmes d’exploitation, fournisseurs de contenus et de services, consommateurs, analystes, médias – et j’en passe – se lancent dans des discussions acharnées sur la cannibalisation potentielle des technologies précédentes et la grandeur et décadence des entreprises. La dernière révolution qui secoue le monde des nouvelles technologies est l’arrivée en masse sur le marché des tablettes tactiles. L’une des questions les plus débattues à ce sujet est de savoir si – et dans quelle mesure – elles vont remplacer les classiques ordinateurs de bureau et portables dans les entreprises. Si le scepticisme et la prudence peuvent se comprendre, il n’est cependant pas possible d’ignorer le flot ininterrompu de prévisions remarquables sur la croissance du marché. Le cabinet Gartner annonçait des ventes mondiales de 63,6 millions d’unités en 2011, soit une augmentation de 261 % par rapport à 2010 (17,6 millions de tablettes).

Réalité ou fantasme ?

Ce taux de croissance s’accentuera au moins jusqu’en 2015, où les ventes devraient se chiffrer à 326,3 millions d’unités, toujours selon Gartner. Tandis qu’une pléthore d’applications pour les tablettes en entreprise sont à l’étude, celles destinées aux domaines de la santé, de la distribution et de la force de vente sont parmi les premières à se montrer particulièrement prometteuses. Le secteur hospitalier et médical en général représente un marché prometteur pour les tablettes. Une application permet par exemple aux médecins et aux infirmières de lire et d’enregistrer les résultats des patients (pression sanguine, glycémie…) sur une tablette plutôt que sur papier ou sur un ordinateur situé dans une autre pièce. Autre raison de ce succès : l’absence de clavier, qui  rend les tablettes relativement faciles à nettoyer et désinfecter. Dans le secteur de la force de vente, durant leurs rencontres avec des prospects, par exemple, les commerciaux peuvent rapidement et facilement consulter, afficher et saisir des données essentielles sur leur tablette et fournir sur-le-champ des informations sur les produits ou les solutions disponibles ainsi que des devis.

Et à l'avenir ?

Dans le domaine de la distribution, le personnel des magasins peut quitter les caisses, se déplacer dans les rayons avec des tablettes et ainsi interagir bien plus efficacement avec la clientèle. Elles peuvent également être utilisées dans les grandes surfaces pour afficher des plans indiquant aux vendeurs et où se trouvent les différents produits et les aider ainsi à optimiser l’emplacement stratégique des articles afin de stimuler les ventes. Pour tirer le meilleur parti de cette tendance majeure, les entreprises devront s’attacher à intégrer étroitement une gamme complète de technologies, telles que les tablettes et les services, au sein d’un écosystème informatique. Il est également primordial pour les entreprises d’aborder ce marché d’un point de vue global, car la demande de tablettes va continuer de croître dans de nombreux pays développés et émergents. Les défis sont de taille mais les retombées potentielles pourraient être supérieures encore.

*Etude Gartner Inc. : "iPad and Beyond: the Future of the Tablet Market", septembre 2011