Les experts du marché de la robotique prédisent que les robots domestiques seront ceux qui tireront la demande vers le haut. Après que la commission économique de l'Onu a estimé que 8 millions de...

Les experts du marché de la robotique prédisent que les robots domestiques seront ceux qui tireront la demande vers le haut. Après que la commission économique de l’Onu a estimé que 8 millions de robots seront présents dans nos foyers d’ici trois ans, nous avons souhaité solliciter votre avis sur la question.

Un robot doué pour le ménage, le divertissement, la surveillance de votre domicile, l’affection domestique… Quel serait le principal usage de votre robot si vous en possédiez un ? D’aucuns nous ont dit qu’ils recherchaient un robot multi-tâches qui puisse tour à tour nettoyer leur moquette comme un fond de piscine, diffuser de la musique téléchargée sur Internet, filmer continuellement par Web Cam l’état des lieux de l’appartement, sans oublier de danser, jouer de la trompette, et de tendre parfois la patte. Bref, d’être une sorte de robot à tout faire.

Or, ce serait plutôt l’aspect ludique qui motiverait l’achat de ces robots : c’est ce que nous avons remarqué à RoboNexus, le salon mondial des robots qui s’est tenu fin octobre à Santa Clara, au cœur de la Silicon Valley. Amusants compagnons que ces androïdes !

Reste toutefois à connaître le prix moyen que les consommateurs seraient prêts à mettre dans un produit qui fascine, distrait, amuse, sans forcément entraîner une décision d’achat. A ce sujet, le match entre le dernier Aibo de Sony (près de 2000 euros) et son concurrent le plus connu : « Robosapien » (un peu moins de 100 dollars) sera très instructif…

Mais la question des usages n’est pas la seule qui se pose. Dans un contexte où le marché de la maison communicante se développe grâce aux systèmes d’interconnexion des différents objets numériques (chaînes, télévisions, ordinateurs…), où la prochaine norme de communication Internet (l’IPV6) va offrir une capacité d’adressage quasi-infinie (50 000 adresses au m²), l’on peut imaginer que le vrai robot de la maison sera un système invisible d’interconnexion.

Ce dernier mettra en réseau l’ensemble des objets communicants du domicile. Le résident pourra commander n’importe quelle tâche à partir de n’importe quel objet… Avec un « robot système » omniprésent et invisible. Moins attachant qu’un robot humanoïde. Mais peut-être plus pratique et performant.

Jean de Chambure

(Atelier groupe BNP Paribas - 08/11/2004)