Alors que les mesures de restructuration prises par Sega commencent à porter leurs fruits, Sega a réalisé au 1er semestre 2001/2002, clos le 30 septembre 2001, un chiffre d’affaires consolidé de 97,...

Alors que les mesures de restructuration prises par Sega commencent à porter leurs fruits, Sega a réalisé au 1er semestre 2001/2002, clos le 30 septembre 2001, un chiffre d’affaires consolidé de 97,8 milliards de yens, en baisse de 18,1 % par rapport au 1er semestre 2000 (119,5 milliards de yens). Les ventes domestiques (- 9,8 %) et les ventes à l’étranger (- 35,2 %) sont à l’origine de cette baisse. Sega enregistre un résultat d’exploitation de 5,8 milliards de yens, contre une perte l’an passé à la meme date de 28,2 milliards de yens, et un résultat récurrent de 5,1 milliards de yens, contre une perte de 29,3 milliards de yens. Le résultat net reste négatif à 20,9 milliards de yens, contre une perte de 32,5 milliards de yens au 1er semestre 2000. Malgré un contexte économique mondial peu favorable, Sega maintient son objectif: «devenir le premier fournisseur de contenu au monde». Sega espère accroitre sa part de marché, notamment au Japon, grace au lancement de nouveaux produits révolutionnaires par la division matériel de jeu ainsi que par le développement du concept de divertissement familial et l’introduction de Sega Mobile Friends dans ses parcs d’attraction. 60 nouveaux titres devraient etre proposés par la division produits de consommation sur l’ensemble des consoles et 24 sur le segment de Dreamcast. Sega table sur un chiffre d’affaires net consolidé de 200 milliards de yens, un bénéfice récurrent consolidé de 10 milliards de yens et une perte nette consolidée de 15 milliards de yens, pour l’ensemble de l’exercice clos le 31 mars 2002. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 13/12/2001)