Les applications permettant de comparer le prix d'un produit dans les magasins environnants, ou de voir les promotions dans son quartier se multiplient. Des solutions d'aide au shopping dont le but est de permettre au consommateur de moins dépenser, et au commerçant d'être plus visible.

Le shopping sur mobile dans toutes les poches ?

Un smartphone dans la poche. Un achat en tête. Un quartier où l’on se trouve. Il suffit de connecter les trois et on obtient des solutions de comparaison des prix des produits autour de soi, de présence de bons plans, voire de l'état des stocks. Les applications qui permettent cela, de manière plus ou moins ludique ou informative, se multiplient. Sentinelo, Plyce, SmapIn, Shopping Adventures, Bonial, Groupon, Geocompare, Mobiliville ou Loopstar proposent à leurs clients des services qui se veulent de plus en plus attractifs.

L'intérêt ? Faciliter la comparaison lorsqu'on est en magasin, ou découvrir des promotions en situation de mobilité sur un produit recherché. Côté vendeurs, même si évidemment de tels modules exposent à la comparaison directe avec les concurrents, c'est aussi un bon moyen d'attirer des clients en magasin. "L'avantage par rapport aux systèmes internet "pure player" du e-commerce est, qu'une fois le client  en magasin, le vendeur à la possibilité de faire de l'upsale et du cross sale pour augmenter ses ventes", explique ainsi à L'Atelier Bruno Vercelli, créateur de Sentinelo. Cela permet aussi d'acquérir des données géolocalisées concernant les comportements d'achat.

Pourquoi un tel engouement ? Il y a d'abord le fait évident de la multiplication des smartphones et de la géolocalisation. Pour Bruno Vercelli, cela a véritablement bouleversé les comportements d'achats. Mais pas que. "Un consommateur a préparé son achat avec presque une dizaines de recherches sur le web avant de se rendre en magasin. C’est le phénomène de 'Research online-buy offline'", rappelle ainsi Bruno Vercelli. "Le smartphone est donc surtout un moyen idéal pour le marketing des cent derniers mètres", considère cet ancien directeur marketing chez Apple France.

Reste que ces modules ne concernent encore qu'une frange bien spécifique de consommateurs : des usagers jeunes, qui ne quittent pas leurs smartphones, toujours à l’affût de bons plans. Ainsi Guillaume, utilisateur de Sentinelo, mais pas trop, comme il nous dit, explique : "Le shopping mobile a encore du chemin à faire. Je préfère l’ordinateur. Peut-être une question de confiance ! Mais il est vrai que j’aime utiliser certaines applications comme Sentinelo ou SmapIn, pour trouver les bons plans près de chez moi".

Du coup, pour certains commerçants, on ne peut encore parler de changement véritable dans les ventes. A la cave "Les vins Guy Jeunemaître", c'est ainsi le constat qui ressort. Le caviste, présent sur Plyce, et qui propose une réduction de vingt euros sur un produit, note : "Il y a peu de retours en ce qui nous concerne. Je dirais que c’est surtout notre site Internet qui ameute la clientèle. Mais il y a sûrement une voie à creuser". En effet, pour un commerçant, même si le retour n'est pas encore évident, cela indique à ses clients par exemple un positionnement innovant et améliore d'une manière ou d'une autre la visibilité.

Et ces applications sont encore récentes. "La recherche permanente de bons plans couplée à l'équipement massif en Smartphone de la population (plus de 55% des ventes de téléphone actuellement) et au peu de solutions existantes pour générer du trafic qualifié et traçable en point de vente nous laissent espérer une belle croissance à venir", conclut ainsi Bruno Vercelli.

 

 

Rédigé par Marion Auvray