Fréquemment utilisé dans la chirurgie plastique, ainsi que sous différentes formes telles que le mastic, la colle ou encore les cosmétiques, le silicone pourrait jouer un grand rôle dans le développement et la rentabilité de l'énergie solaire.

Le silicone, la protection du futur ?

A quoi ne peut-il pas servir ? C'est un peu la question qui se pose. Le silicone, que l'on retrouve en masse dans certaines opérations chirurgicales ( à des fins réparatrices ou esthétiques, ndlr), ou encore dans le bricolage sous formes de mastic ou de colles, est très présent dans notre quotidien. Et il pourrait prendre une place plus importante encore.

Songez un peu. Deux équipes de scientifiques, de Fraunhofer et de Dow Corning Corporation, à savoir le plus grand fabricant mondial de silicones dans le domaine médical, pensent pouvoir développer et rentabiliser l'énergie solaire. Comment me direz-vous, car le lien n'est pas forcément évident. En France, comme aux Etats-Unis, la production d'électricité à partir d'énergie solaire continue à être tributaire des subventions publiques. Il est en effet coûteux de produire des cellules photovoltaïques. Le matériau utilisé dans la protection et la stratification ces cellules, à savoir l'éthylène-acétate de vinyle (pas très glamour comme nom, contrairement au silicone), est assez coûteux. L'énergie solaire, qui est à la fois protectrice de l'environnement et productrice d'électricité, n'est donc malheureusement pas rentable. Le débat pourrait se relancer autour de l'avenir des énergies fossiles, mais là n'est pas la question. (Rappelez-vous, A quoi ne peut pas servir le silicone ?, ndlr)

Reprenons donc. Afin de déterminer si le silicone pourrait remplacer l'éthylène-acétate de vinyle dans la protection des cellules photovoltaïques. Des tests menés dans une chambre climatique à basse température ont pour l'instant prouvé que les modules photovoltaïques enrobées de silicone liquide sont pour l'instant plus résistants à un changement cyclique de climat, à basse température. En effet, lorsque le silicone durcit, ce dernier enrobe les cellules et les composants électroniques ont ainsi une protection optimale. Une bonne nouvelle peut être alors, le silicone est un matériau beaucoup moins onéreux, et il possède également l'avantage d'être une substance très inhabituelle, à savoir qu'il n'est ni composé de cristal inorganique, ni polymère organique. A cela, seuls les scientifiques comprendront...

Rédigé par Rodolphe Langlois