Le foot utilise de plus en plus les statistiques pour optimiser l'acquisition et la gestion des actifs mais aussi celle des talents et la performance opérationnelle. Une stratégie dont l'entreprise doit s'inspirer.

Par Pierre Bosche, Directeur Général de l’activité Conseil Technologique et Intégration de Systèmes pour Accenture en France et Benelux
Les enseignements du sport sont vérifiables dans le monde de l’entreprise : celle-ci doit savoir exploiter ses données internes pour en faire un avantage concurrentiel. Ce, en développant tout d'abord ses capacités d’analyse en mettant l'accent notamment sur la qualité des données qui sont les garantes de la pertinence des décisions. En effet, il me semble que les bases traditionnelles de la concurrence s’érodent rapidement : il devient chaque jour de plus en plus difficile d’innover en matière de produits et services. Le cycle de vie des produits ne cesse de se raccourcir, tandis que les attentes des clients vont toujours croissantes. Les entreprises ont de plus en plus de données à leur disposition, avec une richesse jamais atteinte au préalable. Toute la difficulté réside à exploiter ces données mal structurées.
Utiliser les outils analytiques à des fins stratégiques
Je suis convaincu que les prises de décision doivent donc être plus affûtées et mieux informées, ce qui exige d’analyser plus en profondeur les rouages de l’entreprise. Selon moi, il n’a jamais été aussi facile de collecter et de synthétiser des données. La preuve avec le prix des technologies qui ne cesse de baisser tandis que la capacité des processeurs et des mémoires augmente en permanence et que les logiciels gagnent en standardisation et en fonctions. Des entreprises de pointe telles que Tesco, Barclays ou Honda n’ont pas attendu l’enseignement sportif, elles distancent déjà leurs concurrents grâce à l’utilisation de performants outils d’analyse.
Une nécessité de développer des compétences en analyse de données
D’après nos recherches, les sociétés les plus performantes - c'est-à-dire celles qui surpassent nettement leurs concurrents sur le long terme et par delà les cycles de conjoncture - utilisent deux fois plus les outils analytiques à des fins stratégiques qu’une entreprise moyenne. Et cinq fois plus que leurs homologues enregistrant les moins bons résultats ! Les meilleures entreprises l’ont bien compris : la technologie à elle seule ne peut rendre une organisation compétitive sur le plan analytique. C’est la raison pour laquelle ces dernières consacrent du temps et des efforts à développer des compétences et processus métiers dans le domaine de l’analyse de données. Ces entreprises performantes adressent donc un message fort à leurs concurrents. Presque aussi fort que celui que Zidane a adressé à Materazzi, son adversaire italien en 2006.