Les FAI sont en progrès! En novembre 2005, l'association des fournisseurs d'accès à Internet s'engageait auprès de Philippe Bas, ministre délégué à la Famille, à mettre en place gratuitement des...

Les FAI sont en progrès! En novembre 2005, l'association des fournisseurs d'accès à Internet s'engageait auprès de Philippe Bas, ministre délégué à la Famille, à mettre en place gratuitement des logiciels de contrôle parental. Plus d'un an après cette initiative, et après un premier bilan mitigé opéré en mars 2006,
l'association E-Enfance vient de réaliser, en partenariat avec le ministère de la Famille, des évaluations sur l'efficacité de ces solutions.
Elle estime cette fois que les FAI font preuve de bonne volonté et constate des améliorations. Mais si AOL, Orange et Club Internet s'installent sur le podium, quelques fournisseurs méritent néanmoins toujours leur bonnet d'âne. Explications.
Pour parvenir à ces résultats, E-Enfance a réalisé des tests automatiques à partir de 5000 sites jugés pornographiques, violents, ou ayant trait à la drogue.
Première satisfaction: tous les FAI, à l'exception de Darty, qui vient d'entrer sur le marché avec la DartyBox, proposent désormais des logiciels de contrôle. Tele2 et Neuf Cegetel, qui étaient à la traîne lors du précédent test, sont désormais en règle depuis juin 2006.
E-Enfance, qui s'est essayée au système de notation, attribue 9 sur 10 à AOL et 8.5 à Orange. Elle souligne également les progrès accomplis par Club Internet, qui parvient à 7 sur 10, et par Alice (6.5) et Free (6). En revanche, l'association reproche à Neuf Cegetel (5.7), Télé2 (5.3) et Noos Numéricâble (4.1) de ne pas appliquer correctement leurs engagements. Elle leur reproche "une mauvaise qualité de filtrage tant pour les ados que pour les enfants". Elle se fait encore plus critique vis-à-vis de Noos, dont la qualité du logiciel est jugée "très mauvaise".
Malgré ces bonnes appréciations générales, les FAI doivent encore fournir des efforts du côté de leur système de filtrage, estimé insuffisant pour la moitié des fournisseurs.

(Atelier groupe BNP Paribas – 13/02/2007)