Le Grid n’est plus un jeu de scientifiques, ou un passe temps de développeurs ! Parfois encore perçu comme une technologie trop futuriste, le Grid Computing s’impose de fait comme ...

Le Grid n’est plus un jeu de scientifiques, ou un passe temps de développeurs ! Parfois encore perçu comme une technologie trop futuriste, le Grid Computing s’impose de fait comme une solution discriminante dans la plupart des départements américains de Risk Management. Rapidité d’implémentation, flexibilité (priorités de certains calculs), optimisation des ressources informatiques, performance des calculs effectués … sont les principales qualités que les directeurs informatiques de départements financiers reconnaissent aux technologies du Grid. Aux Etats-Unis, le Grid Computing est donc bien entré dans les mœurs et les cahiers des charges des établissements financiers (calculs de risques, mais aussi pricing de produits dérivés…). Qu’en est-il de l’Europe ? Plusieurs projets sont déjà en cours dans les départements des risques. On remarque par ailleurs que le Grid tient ses promesses dans des secteurs où la rapidité et la performance des calculs sont tout aussi importants que l’optimisation des ressources informatiques : l’industrie aérospatial, mais aussi le secteur pharmaceutique et celui des biotechnologies. Certes, le Grid n’est pas magique. Comme pour chaque projet informatique, des contraintes importantes doivent être prises en compte pour que celui-ci (en l’occurrence, le Grid) donne le meilleur de lui-même : maîtrise centralisée des calculs via un portail (interface simple, hiérarchisation des demandes), sécurité des opérations, vitesse garantie de transmission des données via des accès haut-débit et des serveurs intermédiaires performants… Tout ceci est à résoudre. Et donc à connaître. Vite. En profondeur. Pour être rapidement plus performant, et ne pas prendre le risque de passer à côté d’un phénomène qui pourrait rendre votre système informatique hors-course, si vous ne saisissez pas de près les avantages concurrentiels qu’il offre à ceux qui l’ont déjà choisi. Rendez-vous donc à l’atelier, le 25 février prochain ! La rédaction