Les PC d'aujourd'hui sont largement surdimensionnés. Seul un petit nombre d'utilisateurs a besoin des "stations de travail" actuelles, la plupart se contenterait d'une "interface informatique".

Par Guillaume Plouin, responsable de la veille technologique chez SQLI
La loi de Moore continue à se vérifier avec des machines toujours plus véloces. Pourtant, cette puissance est aujourd'hui difficile à justifier. Et des éditeurs comme Microsoft ou Adobe créent des logiciels de plus en plus lourds, comme Office 2007 ou Acrobat, sans apporter de véritables nouvelles fonctions aux utilisateurs. Pas étonnant que les PC allégés montent en puissance : des appareils allégés sous Linux comme l’OLPC (One Laptop per Child) ou l’Asus Eee PC suscitent beaucoup d’intérêt. Je pense que ce type de machines bon marché va connaître un grand succès en 2008. D'autres initiatives sont en cours autour d’appareils à la frontière entre le PC et le téléphone. On peut citer le Tablet PC, L’UMPC (Ultra Mobile PC), le livre électronique, etc. Ces concepts encore immatures n’ont pour l’instant pas tellement convaincu.
Le décollage des interfaces mobiles
Deux pistes seraient à mon avis à creuser, car elles répondraient aux besoins d’une grande partie des utilisateurs : un PC portable sous Windows Mobile permettrait aux utilisateurs de retrouver un environnent connu en version allégée (cf. le Netbook de Psion) ; un appareil sur noyau Linux proposant Firefox comme unique interface suffirait aux populations qui n’utilisent que des applications Web. J’ai appelé ce concept le « FirePC ». En ce début d’année, les appareils mobiles ou Smartphones ont atteint selon moi une vraie maturité. L’iPhone d’Apple a créé une rupture dans un marché ronronnant, et tous les autres constructeurs (Nokia, HTC, etc.) proposent aujourd’hui des appareils qui simplifient l’accès aux services en ligne. Deux autres facteurs feront de 2008 l’année du décollage des interfaces mobiles. Le premier est la commercialisation par les trois opérateurs français de forfaits illimités pour l’accès à Internet.
Vers l'ubimédia
Le second est la sortie des versions mobiles de grande qualité chez les grands acteurs du Web (Google, Yahoo, SNCF, RATP, FNAC, Amazon, etc.). L’interface mobile, plus accessible et plus rapide à charger, va donc remplacer le PC pour une grande partie des populations d’utilisateurs. L’ubimédia est un néologisme qui désigne l’informatique « omniprésente », ou informatique « ambiante ». Il propose des interfaces de nouveaux types : sonores / lumineuses (Nabaztag, le lapin Wifi de la société Violet), gestuelles (la Wii de Nintendo), multi-tactiles (Surface, la table interactive de Microsoft), ou même invisibles (les étiquettes RFID). L’ubimédia annonce que la majorité des interfaces sortiront un jour du paradigme clavier/écran, pour se fondre dans notre environnement, et mieux tirer parti de nos cinq sens. Il représente, je pense, la prochaine grande révolution de l’informatique.
Blog : www.tendances.it

A lire ou écouter également dans L'Atelier :

Nabaztag chante, bouge les oreilles et change de couleur (23/09/2005)
L'Atelier Numérique N°211: nouvelle application du Nabaztag (12/11/2007)

L'Atelier groupe BNP Paribas