Drôle de paradoxe ! D'un côté, des enquêtes qui confirment la force de nos habitudes télévisuelles. De l'autre, une promesse de changement avec trois innovations technologiques : les offres de...

Drôle de paradoxe ! D'un côté, des enquêtes qui confirment la force de nos habitudes télévisuelles. De l'autre, une promesse de changement avec trois innovations technologiques : les offres de "vidéo à la demande", l'essor de la télévision via ADSL qui relie plus d'un million de foyers français à des dizaines de chaînes TV (soit théoriquement 5 % de l'audience). Ceci, sans oublier l'arrivée presque inattendue de la télévision sur terminaux mobiles.

Même si la 3G ne sera peut-être pas la reine de la partie , les opérateurs et fabricants se positionnent... Ils ont raison de le faire vite : Apple venant d'annoncer la prochaine sortie d'un iPod Vidéo où l'on pourra télécharger des épisodes de série TV !
Ces trois formes de nouveauté incitent les plus optimistes à croire que nous allons tous devenir des "télénautes" : des téléspectateurs actifs progressivement affranchis des grandes séquences télévisuelles, dont l'incontournable JT du soir. Tels des bloggers journalistes, nous allons tous devenir des Patrick de Carolis ou des Patrick Lelay (au choix) sélectionnant puis composant à notre manière la télévision de nos rêves, sans recourir au fameux magnétoscope numérique Tivo dont sont si fans les Américains !

Tout cela est-il réaliste ? Technologiquement oui, mais dans les usages... Ce n'est pas si simple. Fin septembre, le quotidien La Croix publiait une grande enquête CSA qui révélait que le JT serait regretté par 63 % des Français interrogés, s'ils devaient se passer de télévision ! Si les films et les documentaires recueillent moins de suffrage, respectivement 35 et 32 %, ce grand rendez-vous reste un must.

Les offres de contenus Vidéo On Demand (VOD) des portails de France Télévisions sont clairement le reflet de cet attachement : ils mettent en avant la possibilité de revoir les 15 premières minutes d'un JT raté, l'épisode précédent d'une série TV culte, tandis que SFR vend la possibilité de revoir un "but" ou une séquence clef d'un match de foot ! La vidéo à la demande est donc ici mise au service d'habitudes télévisuelles bien ancrées chez les Français. Elle renforce à sa manière les grands rendez-vous TV.

Rien de neuf à l'horizon ? Si !

D'abord, le format des contenus . Le potentiel commercial que représente la télévision sur mobile incite les opérateurs et les chaînes de télévision à imaginer et valoriser des formats courts (courts métrages, résumés sportifs, journaux interactifs) qui seront déterminants pour le développement de ce nouveau marché.

Pour preuve, la Corée du Sud, championne mondiale de la télévision sur mobile avec plus 150 000 utilisateurs chez TU Media (joint venture entre SK Telecom et Toshiba) qui apprécient tout particulièrement la création d'une chaîne dédiée aux formats courts ! L'innovation technologique nous permettra peut-être alors de renouer avec le temps savoureux des courts métrages que l'on regardait dans les salles obscures avant "le grand film" ?

Ensuite, la télévision personnelle malgré le temps. Si nous sommes loin de devenir tous des directeurs d'antennes, l'ère de la télévision personnelle pourrait bientôt voir le jour. Un produit comme "MyOwnTV", prototype développé par le centre Microsoft TV en partenariat avec Alcatel, donnera la possibilité d'éditer en ligne sa propre "playlist" à partager avec ses proches (musique, films, photo...). Avec 12 ans de R&D et près de 10 milliards de dollars investis, Microsoft est peut-être à l'aune d'un nouveau leadership. Côté lecteur multimédia, il vient en tous cas de se réconcilier avec Real Networks .

Bill Gates qui sera prochainement à Paris devrait nous en dire un peu plus. Invité à l'écouter, l'Atelier vous livrera ses pensées les "nouveaux usages numériques"… Reste une question cruciale : Quels seront ceux qui disposeront d'assez temps pour réaliser leur propre TV ?

Jean de Chambure
Rédacteur en chef