Global Equities & Commodity Derivatives avec une réduction générale de la consommation électrique d'un facteur de 190.  Explications : je viens de recevoir un communiqué de presse de la maison mère de L'Atelier (ce qui me fait penser à un twitt d'un internaute qui disait récemment Atelier = BNP paribas. Oui oui, et ça fait trente ans que cela dure).

Parenthèses après les parenthèses : je mets parfois plus de temps à comprendre ce que font les filiales de BNP Paribas qu'à appréhender le contenu technique de ses communications. Il me faudrait toujours un Philippe Torres en face de moi... Pour revenir au fond, cette activité de la banque d'investissement de BNPP a décidé de changer de plate-forme de calcul destinée à gérer ses portefeuilles composés d'instruments financiers complexes. Je confirme, pour le complexe.

Tout en écrivant ce post, je navigue sur Wikipedia, sur des sites financiers, et je ne comprends toujours pas, et toujours pas (non plus) de Philippe Torres. Il ne s'agit pas là de faire trois additions dans la journée, mais plutôt de traiter mille milliards d'opérations par seconde (Teraflops, soit FLoating point Operations Per Second). Pour cela, ils se sont adressés à Nvidia.

Pour moi, ce Californien était surtout très bon pour faire des cartes graphiques pour joueurs acharnés. Raté, il produit aussi des systèmes pour du calcul intensif. Dont un intriguant "personal supercomputing at your desk", qui va 250 fois plus vite qu'un PC classique mais qui, patatras, n'est pas vraiment destiné à un usage type écriture des dépenses domestiques dans un fichier Excel. Revenons à CIB (soit Corporate and Investment Banking).

Ce faisant (i.e. en s'adressant à Nvidia), ils ont remplacé plus de 500 coeurs de processeurs traditionnels - consommation électrique de 25 kW - par deux NVIDIA Tesla S1070 - consommation 2 kW. D'où le réduction générale de la consommation électrique d'un facteur de 190 du début de post. CQFD. Dernier petit coup de fil à Philippe, histoire de finir le post dignement en expliquant le dessous de Global Equities & Commodity Derivatives, mais pas de réponse.

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia