Lundi matin, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a reçu le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour examiner les conditions de lancement de la Télévision numérique terrestre (TNT)...

Lundi matin, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a reçu le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour examiner les conditions de lancement de la Télévision numérique terrestre (TNT). Cette réunion a débouché sur la décision de retenir la norme MPEG-2, qui "apparaît comme la seule compatible avec le calendrier arrêté par le CSA pour le lancement des chaînes gratuites de la TNT".

Le gouvernement a donc finalement opté pour la norme qui se présente comme la moins coûteuse et surtout qui va permettre de tenir les délais du lancement de la TNT. A ce titre, le gouvernement et le CSA ont confirmé la date de ce lancement, qui aura bien lieu le 1er mars 2005.

Rappelons qu'une autre norme était en concurrence avec celle retenue : MPEG-4, particulièrement défendue par les chaînes de télévision M6 et TF1. Le gouvernement et le CSA semblent cependant en avoir bien saisi avantages et inconvénients.

S'il est vrai que cette norme aurait permis une diffusion des programmes en haute définition (les images sont quatre fois plus fines et mieux définies), elle présente un double inconvénient. Premièrement, elle aurait contraint à retarder le lancement de la TNT, puisqu'elle ne sera opérationnelle qu'à la fin 2005. Deuxièmement, elle aurait été plus discriminante dans l'équipement des foyers français puisque les boîtiers lui correspondant coûtent le double - 100 euros - de ceux s'appliquant à la norme MPEG-2.

Exit MPEG-4 ? Absolument pas. Le gouvernement a bien précisé que cette norme serait probablement appliquée à la quinzaine de chaînes payantes de la TNT. Celles-ci devraient commencer leur émission à compter du mois de septembre 2005.

(Atelier groupe BNP Paribas - 09/11/2004)