Les Français parlent aux Français (4ème et dernier épisode) Voilà, nous sommes tous rentrés sains et saufs après cette petite virée au pays des Vikings. Notre dernière journée fut elle aussi des p...

Les Français parlent aux Français (4ème et dernier épisode) Voilà, nous sommes tous rentrés sains et saufs après cette petite virée au pays des Vikings. Notre dernière journée fut elle aussi des plus intéressantes. Qu'on en juge.... 9:00 - 10:30 Utfors : des fibres partout... Markus Boberg nous présente sa société qui est un opérateur privé de télécommunications. Il commence par nous montrer un "Terabeam" en action. Ce matériel permet de faire des liaisons optiques sans fil jusqu'à 2 km. Il ressemble à un espèce d'humanoïde que l'on met devant une fenêtre : on dirige son faisceau laser vers un autre matériel du même type situé dans un autre immeuble. Il faut naturellement que les deux soient à vue... Cela fonctionne très bien, même par temps de brouillard, et le débit peut aller jusqu'à 1 Giga. A priori pas de danger pour l'être humain (et les oiseaux...). Cette technologie de l'optique sans fil que Utfors utilise est celle de la société US Terabeam. Deux matériels de ce type sont installés actuellement en Suède par Utfors... Il y a environ 70 opérateurs en Suède. Avec d'autres, Utfors a financé l'installation d'un réseau fibre entre Copenhague, Oslo, Stockholm, Malmoe, Goteborg et Helsinki. Utfors dispose de 2 fourreaux sur 12. Chaque fourreau contient 96 fibres allumées en DWDM. Chaque fibre véhicule 40 longueurs d'ondes et chaque longueur a un débit de 2.5 gigabits... Ce qui fait tout bien compté 40*2,5*96*2 Giga (entre Stockholm et Helsinki chaque fibre balade 80 longueurs d'ondes...).... On n'ose pas faire le calcul tellement cela nous semble astronomique... La Suède est vraiment le paradis de la fibre et de la bande passante... Il arrivera un jour où l'on classera les pays non plus par le nombre de camions, de tonnes de blé produites, mais par la bande passante disponible... Que fait Utfors avec cela ? Et bien il loue de la bande passante IP. Environ 200.000 clients aujourd'hui. Des entreprises entre leurs différentes implantations. En moyenne le 2 mega se loue 900 Kr/mois (environ 700 FF/mois). "Monsieur Markus que pensez vous de Bredbandbolaget ?" (voir notre précédent compte rendu...) Réponse de Markus "Je ne les aiment pas beaucoup . Ils cassent le marché du résidentiel large bande. 200 Kr pour 10 megas au foyer : c'est du dumping. Un prix correct serait sans doute le double... Donc, nous ne ferons rien sur ce marché naissant pour l'instant." Manifestement B2B n'est pas en odeur de sainteté au royaume des vikings.. mais il se constitue une clientèle... "Monsieur Markus, pour vous, quel est l'avenir des protocoles traditionnels des opérateurs historiques comme SDH et ATM ?" Réponse de Markus :"Les opérateurs vont devoir les mettre à la poubelle, car ces protocoles ne sont pas adaptés pour gérer l'explosion du trafic IP et surtout pour délivrer de la bande passante à la demande. De plus ils coûtent beaucoup trop cher. L'avenir appartient à l'optical Ethernet." "Monsieur Markus que devrait faire notre région (le Nord Pas de Calais) ?" Réponse de Monsieur Markus : " Si vous n'avez pas de haut débit en optical Ethernet votre région va péricliter, et les entreprises actuellement installées vont partir ailleurs ( en Suède ?) ". Dont acte. 11:00 - 12:30 Mint : votre téléphone est un portefeuille/porte-monnaie Excellente réunion avec Patrik Mossberg son président fondateur, et difficile de résumer tant les questions furent nombreuses... Solution très astucieuse de paiement par téléphone mobile... Patrik commence par nous emmener faire quelques courses au magasin d'à coté, courses qu'il paye avec son téléphone mobile. Une simplicité biblique. Pas d'autres bidules à balader pour payer (monnaie, billets, chéquiers, cartes...). Rien que son téléphone portable en donnant simplement un coup de fil et en tapant le montant de l'achat sur le terminal de paiement du magasin (c'est un terminal normal dans lequel Mint à loger un bout de logiciels. Terminal loué au magasin par Mint : 269 Kr/mois. Certains de ces terminaux sont équipés d'un téléphone GSM... Le commerçant est taxé une Kr par achat + 2% du montant de l'achat. Le consommateur lui ne paye rien. Il doit simplement s'ouvrir un compte sur le Web sécurisé de Mint (virement du compte bancaire au compte Mint : moyenne des dépôts 500 Kr). A noter que Mint, avec un accord avec une société de crédit à la consommation, propose un crédit automatique à ses clients de 50.000 Kr à taux 0). Mint vient de démarrer ses opérations. Sur les 200.000 commerçants que compte la Suède, 150 magasins sont actuellement installés. Et 6.700 consommateurs utilisent le système (+ 50/jour). On peut aussi envoyer de l'argent à quelqu'un avec son téléphone. Il suffit de connaître son numéro de téléphone. Le quelqu'un recevra par SMS un message le prévenant qu'il a reçu tant. Et que pour utiliser cet argent, il lui faut ouvrir un compte Mint (système de marketing viral de type Paypal). Le consommateur peut aussi payer son parking de cette façon ( et le gendarme peut contrôler extrêmement facilement avec son téléphone portable). Naturellement les opérateurs de téléphone, grands distributeurs, pétroliers, etc, lorgnent la chose avec concupiscence : piquer une partie du système de gestion des paiements aux banques : que voilà un challenge intéressant. Car Mint vend des licences de son système à qui veut (2 millions de $/US). Si vous voulez en savoir plus, Mossberg sera à la conférence IT visions du 3 décembre prochain à Paris (voir http://www.ccsf.fr/itvision/fr/index.asp) 14:00 - 15:00 Le "smart living" avec e2home et JM Visite d'un immeuble d'appartements en cours de finition et en début de commercialisation dans Stockholm. La société de promotion s'appelle JM et l'appartement témoin a été équipé en "domotique IP" par la joint venture d'Electrolux et d'Ericsson dénommée e2home. Concept intéressant sur le papier, mais nous sommes restés sur notre faim (problème technique lors de la démo, présentation pas très bonne ...) En gros Electrolux de part son activité traditionnelle se lance dans la domotique IP avec l'aide d'Ericsson. Dans la cuisine une petite étagère à hauteur d'homme supporte un PC portable relié au réseau local (toute la tripaille informatique, la liaison au réseau externe à 10 méga par Utfors, et au réseau interne Ethernet, le serveur familial - la ebox- se trouvent dans l'entrée dans une petite armoire en hauteur). Avec le PC, les occupants gère la sécurité de la maison, les fuites d'eaux, l'incendie, la ventilation dans la salle de bain, consulte les différents compteurs (consommation électrique, de gaz, d'eau, etc... : ces compteurs sont relevés à distance par le serveur de e2home...). Les occupants disposent d'un agenda familial et peuvent retenir leur place à la laverie et au sauna logés dans le sous-sol de l'immeuble (pièces qu'ils ouvrent avec une clef électronique).. Etc...etc... e2home vient de terminer un test de 8 mois dans 50 maisons au Danemark. Test semble t-il concluant. Par contre le test de la machine a laver IP mené dans l'ile de Gotland (on donne la machine et on paye à l'acte de lavage) n'a pas été concluant. Les gens préfèrent acheter la machine une fois pour toute et ne pas payer à chaque lavage (on dit que Darty a eu chaud...). "On verra avec la prochaine génération" a conclu le responsable marketing de e2home. 15:30 - 17:00 Medicenter : Stockholm a le plus important réseau IP large bande scolaire au monde. Impressionnant... Il y a 300 écoles à Stokholm et 80.000 élèves. 170 écoles sont actuellement connectées au réseau large bande scolaire (bande passante louée à Stokab). Au total 120.000 micro-ordinateurs. Et une floppée de serveurs en central qui gère le email des élèves et des profs, et les logiciels bureautiques habituels (Word, Excel, PowerPoint...) en mode ASP. Medicentre gère 10.000 titres éducatifs en cassettes vidéo, 5.000 cassettes de programmes éducatifs radio. Ce qui nécessite toute une organisation complexe pour livrer un titre demandé par tel professeur dans telle école. Ces problèmes n'existeront plus à terme avec la digitalisation de ces titres vidéo et audio en mode streamée (Real). Actuellement 400 films ont été numérisés ainsi que 1 500 programmes radio. Le débit sur le réseau est de l'ordre du Giga. Les films sont numérisés en MPEG 1 à 1.5 mégabits (qualité VHS sur un peu plus du 1/4 d'écran) Le tout coûte 12 millions de Kr/an (payé par la ville de Stockholm et par les écoles). Chose intéressante à noter, Medicenter filme les réunions du Conseil Municipal de Stockholm. Les élèves peuvent voir le déroulement du conseil en direct ou par la suite. Cela pour développer dés le plus jeune âge un intérêt pour la démocratie locale... Là aussi peu de choses en matière de e-learning alors que la Suède a une start-up réputée dans ce domaine (Lecando). Pour en savoir plus : www.edu.stockholm.se/template ... Voilà pour notre dernière journée.

Que retirer de ce voyage ?

1/ comme nous l'avons déjà dit, crise ou pas, la Suède avance à marche forcée vers la société de l'information. Un consensus général s'est établi sur la stratégie de l'Etat et des collectivités locales... tout cela est entrée dans les moeurs dans ce pays. Ce qui est loin d'être le cas chez nous. 2/ nos amis du Nord Pas de Calais m'ont avoués avoir été très "choqués" par ce qu'ils ont vu et entendu. Ils ne pensaient pas que cela en était à ce point. "Mais cela nous a fait le plus grand bien" a avoué le VP Président du Conseil Régional... "Nous avons beaucoup de fibres qui passent sur notre territoire mais peu s'y arrête"... "maintenant il va falloir faire... et dépasser nos bisbilles locales...".

Un grand merci à Françoise Rugel et à Christina Bratt de l'Association Franco-Suédoise pour la recherche pour avoir aidé Vediation à monter ce voyage d'études de première qualité (un grand merci aussi pour leur disponibilité et leur gentillesse...). D'autres voyages sont prévus (au Canada en janvier sur les même thèmes), et si certains élus veulent retourner en Suède pas de problèmes... A bientôt pour de nouvelles aventures (Jean-Michel Billaut (jmbillaut@atelier.fr) - Paris le 22 novembre 2001 dans la journée)