Il paraît que Bill Gates a trop d’amis. Dans la vie de tous les jours il me semblait plutôt qu’il faisait office d’ennemi public, du moins pour tous les traumatisés de l’écran bleu et du monopole de Microsoft. Pourtant le petit génie de l’informatique, la cinquantaine passée, recevait sur sa page Facebook près de 10 000 demandes d’ajouts d’amis quotidiennes avant de quitter définitivement le site de réseau social. La rançon de la célébrité ? Très certainement. D’autant que parmi ces innombrables prétendants, la plupart ne doivent pas avoir que de nobles attentions. Faire un câlin virtuel à Bill Gates ou polluer son mur de posts en tout genre aurait été monnaie courante. Situation décourageante, lui qui avait investi pas moins de 240 millions de dollars dans la start-up (environ 1 dollar par utilisateur).
L’ex homme le plus riche de la planète n’a pas fini d’accroître sa côte de popularité. Et c’est en Inde désormais qu’il compte se faire de nouveaux amis. Via la fondation Bill&Melinda Gates, il lutte contre le sida en renouvelant ses dons à hauteur de 338 millions de dollars. Ça devrait faire beaucoup de câlin pour le roi du software, qui ne jette pas l’argent par les "fenêtres".

Rédigé par Jonathan Seu