Il y a des jours avec et des jours sans. Et aujourd'hui, ma journée a plutôt mal démarré. Pour quelle raison ? Une simple question de transport. Une course contre la montre pour pouvoir sauter dans un avion qu'au final je n'ai pas pu avoir. RER, bus, course à pied, le timing était serré mais l'embarcation jouable. Et puis patatras, bouchon, terminal et hôtesse d'accueil peu compatissante pour m'enregistrer avec 5 minutes de retard.
Voilà. Si je vous raconte tout ça, c'est que ce matin, bien embarrassée, je me suis laissée imaginer une technologie salvatrice. Un peu rêveuse, j'ai d'abord pensé à un moyen type "poudre de cheminette" (Harry Potter) qui nous permettrait de voyager n'importe où à la simple diction de notre destination. Et puis j'ai atterri – pas à Nice comme j'aurais dû le faire précisément à 9h30 ce matin - mais sur terre. Prenant l'exemple de ma situation j'ai imaginé ma propre voiture volante. Et bonne nouvelle, un projet est en cours. L'entreprise Terrafugia a affirmé qu'elle allait commercialiser un véhicule en 2011 ! Concrètement, cette voiture/avion sera capable de rouler à 105 km/h et de voler à 115 mph, soit 185 km/h. Pour quel prix ? 185000 $, soit 136000 euros ! A ce prix, il faut espérer que les propriétaires auront une âme charitable pour prendre des aérostoppeurs.