Alors que viennent d’être décidés le lieu et la date du second round du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), qui aura lieu à Tunis en novembre 2005, de jeunes Africains ont...

Alors que viennent d’être décidés le lieu et la date du second round du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), qui aura lieu à Tunis en novembre 2005, de jeunes Africains ont souhaité faire entendre leur voix en faveur d’un accès universel à Internet. Réunis à l’occasion de l’exposition « Afrique Télécoms 2004 », 70 jeunes, venus des 35 pays que compte le continent africain, ont été invités au Caire par l’UIT (Union internationale des télécommunications).

Ils ont notamment plaidé en faveur de l’apprentissage de l’anglais ou du français aux populations africaines, qui sont massivement frappées par l’analphabétisme, de manière à ce qu’Internet puisse se développer sur le continent. D’autres ont évoqué l’utilité d’Internet comme canal d’information sur la santé, les maladies et leur prévention, affirmant que les professionnels seraient plus en mesure de connaître les traitements disponibles grâce à Internet.

Au sujet du retard de l’Afrique en termes de technologies de l’information et de la communication, les gouvernements africains ont été les premiers incriminés par ces jeunes. Le détournement des fonds expédiés par les organisations internationales a été particulièrement discuté, de même que le manque de coordination entre l’aide internationale et les organismes locaux.

(Atelier groupe BNP Paribas - 07/05/2004)