Prospective

La blockchain deviendra-t-elle la gardienne de nos données ?

  • 30 Mai
    2018
  • 2 min

L’entrée en vigueur du RGPD, largement débattue lors du Forum de l'OCDE, va-t-elle contribuer à faire émerger de nouveaux acteurs de la donnée ?

A l'occasion du Forum de l'OCDE, qui a débuté hier, le sujet de la règlementation et de la protection des données personnelles des utilisateurs et citoyens a embrasé beaucoup de débats. Oui la donnée est le nouvel or noir de notre siècle. Mais en même temps, « la confidentialité des données est un droit de l’homme », a déclaré Satya Nadella, CEO de Microsoft, à l’occasion de Viva Technology, la semaine dernière. C’est pour réconcilier ces deux impératifs que Grandata, une start-up argentine basée à San-Francisco et spécialisée dans le big data, a lancée Wibson, une place de marché décentralisée de la donnée, basée sur la technologie blockchain. L’objectif ? Redonner le contrôle des données personnelles aux citoyens en leur permettant de monétiser leurs données personnelles de manière sécurisée et anonyme. Wibson se présente sous la forme d’une application mobile, en version bêta pour le moment. Via un onglet « Data Connector », elle permet à l’utilisateur d’activer le partage de données telles que des informations relatives à son profil Facebook, Linkedin ou Google, à sa géolocalisation ou à son smartphone. Un autre onglet nommé « Offers » fait figurer les offres des entreprises intéressées par ces données personnelles. Si l’utilisateur accepte l’offre, il obtient en contrepartie une rémunération en monnaie virtuelle ou en points, appelés WIP. Une initiative dans la même veine que la start-up Qedit et qui veut imposer le concept de « Zero Knowledge Proof » dans la blockchain, afin de permettre le partage d’information par des preuves au lieu des données elles-mêmes, la monétisation en moins. 

Rédigé par Claire Cavret