Si l'on en croît le bilan présenté en Conseil des ministres aujourd'hui, le résultat est plutôt rassurant, bien qu'assez cher. En effet, selon Christian Pierret, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, ...

Si l'on en croît le bilan présenté en Conseil des ministres aujourd'hui, le résultat est plutôt rassurant, bien qu'assez cher. En effet, selon Christian Pierret, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, la France devrait payer le coût informatique de la correction du bogue entre 70 et 80 milliards de F et de 120 à 130 milliards en y incluant les équipements électroniques. Nous voilà rassurés, les avions ne s'écraseront pas, les centrales nucléaires n'exploseront pas, les malades hospitalisés ne courront aucun risque dans la nuit de la Saint-Silvestre, a part peu être quelques petits problèmes faciles à corriger que pourront rencontrer les particuliers avec leurs PC familiaux ou bien encore leurs magnétoscopes. Selon Jean-Yves Le Bihan, délégué général du Club Informatique des grandes entreprises françaises, le Cigref, regroupant 92 des 100 premiers groupes français, toutes les applications critiques ont été testées et corrigées à 5 % près. Toutefois, selon Marylise Le branchu, ministre des PME/PMI, un tiers des petites entreprises sont encore très en retard dans leur préparation au bogue ou pas préparées du tout. Aussi, une nouvelle campagne de sensibilisation sera lancée le mois prochain. (Christine Weissrock - Atelier Paribas)