Prospective

Et si demain les consommateurs cultivaient leurs propres aliments chez eux  ?

  • 13 Nov
    2017
  • 2 min

Des chercheurs finlandais ont mis au point un bioréacteur conçu pour un nouveau type de production alimentaire : la culture de cellules végétales nutritives.

À en croire le Centre de Recherche Technique de Finlande VTT S.A., l'alimentation du futur réside dans les structures microscopiques complexes des espèces végétales. Il ne s'agit plus de cultiver la plante entière, comme dans le cadre d'une agriculture traditionnelle, mais bien de ne faire pousser que les cellules comestibles… dans un dispositif installé directement dans la cuisine du consommateur. Le bioréacteur, appelé CellPod, ressemble à une lampe. Il fonctionne sur le modèle d'une machine à café, avec l'insertion d'une capsule contenant des cellules végétales, qui se développeront grâce à l'eau présente dans le réservoir. La nouveauté de cet incubateur de cellules végétales réside dans son usage domestique et dans la fréquence hebdomadaire de ses récoltes – et leur quantité : 500 grammes après une semaine de fermentation. Le laboratoire a surtout travaillé sur les baies sauvages des régions arctiques, telles que la ronce, mais les cellules nutritives de n'importe quelle autre plante pourraient être cultivées de la même façon. Les chercheurs travaillent encore à l'amélioration de ces résultats –notamment gustativement, pour leur donner plus d'arômes. De quoi élargir l'horizon alimentaire actuel des individus, limité à huit grandes cultures de plantes et une vingtaine de fruits et légumes ; mais également de trouver de nouvelles façons de produire, indépendamment des conditions environnementales, dans un contexte alarmant de changement climatique, de façon à garantir aux êtres humains l'apport en vitamines et en antioxydants dont ils ont besoin.

Rédigé par Marie-Eléonore Noiré