Prospective

Cybersécurité et street art s'associent pour protéger les données personnelles

  • 21 Sep
    2017
  • 2 min

Une boutique éphémère londonienne veut sensibiliser les citoyens à la valeur des données personnelles.

Que valent les données personnelles ? De l’or si l’on en croit les experts. Celles collectées par la smart home Kasita ont vocation à subventionner le loyer. Celles du véhicule connecté vaudront 750 millions de dollars d’ici à 2030 d’après une étude de McKinsey. Et celles semées sur internet sont également convoitées par les GAFA et les data brokers qui les monétisent au détriment de leurs propriétaires. Parfois à leur insu mais pas toujours. Pour faire prendre conscience aux internautes de leur valeur, une entreprise de cybersécurité et un "street artist" en ont fait une monnaie d’échange. Comme son nom l’indique, dans la boutique éphémère « The Data dollar store » créée par Kapersky Lab à Londres, tout s’achète avec des données personnelles. Le prix du tee-shirt dessiné par Ben Eine ? Trois photos ou captures d’écran Whatsapp, trois SMS ou trois emails. Et pour s’offrir la dernière toile du grapheur ? L’acheteur devra donner son téléphone portable au “caissier” qui pourra choisir les données qui l’intéressent et les diffuser en grand écran dans le magasin. L’expérience a pour but de montrer à quel point nos données sont précieuses et privées. Le journaliste d’Engadget, Nick Summers a fait le test. Il a réalisé qu'explicitement dévoiler sa vie personnelle à des étrangers comme moyen de paiement mettait mal à l'aise, sans pourtant que ses données ne soient particulièrement sensibles. L’entreprise de cybersécurité espère ainsi amener les consommateurs à vouloir protéger leurs informations, via les logiciels qu’ils vendent par exemple. Aux États-Unis, la résignation semble être de mise concernant la cybersécurité. D'après un sondage réalisé par le Pew Research Center, 69% des adultes disent ne pas se soucier du niveau de sécurité de leurs mots de passe et 64% disent avoir, à leur connaissance, subi une violation importante de leurs données personnelles. Une initiative comme celle du « Data dollar store » pourrait changer la donne.


Rédigé par Sophia Qadiri