Prospective

Le Darknet sera-t-il le contre-pouvoir du Trinet ?

  • 30 Nov
    2017
  • 2 min

De plus en plus de médias et de plateformes intègrent le Darknet pour contrer le diktat des géants Facebook, Google et Amazon.

Internet est mort, vive le Darknet. Tim Berners-Lee le confesse : Internet, dont il est le principal fondateur, est en train de mourir. Ses réseaux perdurent, certes, mais ses principes initiaux de liberté et de neutralité sont de plus en plus étouffés par la publicité en ligne, les fake news et la problématique des données personnelles. Aujourd'hui, il prend davantage la forme d'une créature à trois têtes (Facebook, Amazon et Google) qui monopolise les flux et contrôle 70% du trafic. De quoi sérieusement douter de nos libertés sur le net, d'autant que la FCC (Federal Communications Commissions) a annoncé un plan pour démanteler la neutralité du net, principe fondateur qui interdit les discrimination d'accès aux contenus. Avec sa disparition, les fournisseurs d'accès et les plateformes d'intermédiation pourront filtrer les contenus et les réserver à des clients premium, engendrant par là même un cyberespace déchiré entre ceux qui ont les moyens d'accéder à l'information et ceux qui ne peuvent pas. D'autant que ces filtrages peuvent servir d'outil de censure et de contrôle, et donc accroître le pouvoir, y compris politique, des géants du net. Aussi, certaines plateformes de contenus testent déjà des alternatives en proposant des versions miroirs de leurs sites en libre accès sur le Darknet. Cet espace où les contenus ne sont pas indexés par les moteurs de recherche classiques est pour l'instant très décrié mais pourrait finalement être – ou du moins inspirer – un nouvel élan de liberté digitale. Un ingénieur, Alex Muffett, ancien de Facebook, vient d'héberger une version non officielle de Wikipédia, régulièrement frappé par la censure, sur le Darknet. Facebook et The New York Times ont déjà testé leur propre version en open source sur ce réseau. Comme quoi, le Darknet n'est vraiment pas si sombre

Rédigé par Théo Roux