Ma vie est un enchantement.
Quand je m'endors, quand je m'éveille,
Ou quand je joue à tout moment,

La polésie, c'est bien, mais c'est aussi dangereux (casse-gueule est un adjectif valable, mais un peu vulgaire, alors finalement non). La polésie, c'est un moyen d'être ridicule avec la future femme de sa vie qui finalement, non.

La polésie, c'est maintenant un moyen d'être ridicule avec la future femme de sa vie qui s'avère être une technophile semi-argentée (pas la couleur, mais le compte en banque de la dame) et qui possède un téléphone mobile avec une pomme cassée argentée (la couleur, pas le compte en banque de la dame) qui s'affiche quand on l'allume.

Alors quoi ? J'y viens, j'y viens. Merci Neutrinos qui vient de publier sur i***** une application qui donne à composer des poèmes avec deux cent mots aléatoires. Poème que l'on peut charger sur les serveurs de PoetrySinger.com. Hémisphère dans une chevelure (cela n'a rien à voir, mais ça fait joli), il est possible d'écouter ces poèmes via un système de synthèse vocale, comme celui que l'on peut retrouver sur le site de L'Atelier.

Une fée douce me surveille.
Elle m'entoure de soins charmants
Cette merveille, c'est ma maman.

© Pierre Desproges, dont un ami vient de m'offrir l'intégrale.

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia