Prospective

Des drones jouent les climatologues

  • 24 Août
    2017
  • 2 min

Des chercheurs américains ont étudié l'éclipse grâce à des drones pour mieux comprendre le climat.

Le 28 mars dernier, près de 770 000 drones avaient été enregistrés à la Federal Aviation Administration américaine (FAA). Beaucoup sont des appareils de loisir. Mais les drones ont aussi un usage professionnel, qui se développe. Il y a des drones de livraison, de surveillance, qui aident les pompiers ou qui véhiculent des messages publicitaires. D’autres encore ont vocation à faire progresser la science. Comme ceux utilisés par des chercheurs pour étudier l’éclipse totale qui a eu lieu aux États-Unis il y a trois jours. Des experts de l’Université du Nebraska et de l’Université d'État de l’Oklahoma ont ainsi cherché à mieux comprendre l’influence du soleil sur les cycles climatiques. Les drones ont été envoyés dans la troposphère, la couche la plus basse de l’atmosphère, pendant toute la durée de l’éclipse. Ils ont été équipés de capteurs à la fois pour mesurer les conditions atmosphériques (l’humidité, la pression de l’air, le vent) et capturer des images. L’objectif étant d’analyser ainsi les changements induits par le fait que la lune cache le soleil pendant un temps, en pleine journée. Le drone devient ainsi un outil utile pour le scientifique climatique, aux côtés d’autres technologies, à l’heure où l’Homme doit penser vert pour éviter des dérèglements trop importants et sauver la planète.


Rédigé par Sophia Qadiri