Prospective

Après les fake news, l'IA marque-t-elle le temps du deepfake ?

  • 16 Fev
    2018
  • 2 min

L'intelligence artificielle permet de travestir des images et vidéos originales en changeant le visage des protagonistes, un problème pour l'e-réputation des personnes et des entreprises.

Il est incontestable que l'intelligence artificielle a beaucoup à offrir à l'Homme, notamment dans le développement de son savoir. Elle est d'ailleurs de plus en plus utilisée dans le secteur de la recherche, universitaire ou scientifique. Pour autant, si elle peut devenir l'ange gardien de l'économie de la connaissance, l'IA peut aussi en être le pire ennemi. Évidemment, le phénomène de désinformation n'a pas attendu les fake news pour prendre en otage nos sociétés de l'information et du savoir. Cependant, l'instantanéité des communications et le perfectionnement du machine learning tendent de plus en plus à brouiller les frontières entre réalité et fiction, entre vérité et mensonge. On pourrait croire qu'il s'agit là d'un débat annexe ou politique. Or c'est bien plus que cela : la désinformation peut avoir des répercutions dramatiques sur les personnalités publiques, physiques ou morales. Le combat est donc avant tout celui de l'e-réputation. Aujourd'hui, la technique du deepfake, qui tire son nom du créateur de l'app Fakeswap, parvient, de façon impressionnante, à inverser les visages de personnes dans des vidéos ou des photos. Mais à l'heure où la reconnaissance faciale est de plus en plus sophistiquée, on pourrait peut-être regarder ce phénomène d'un œil nouveau : celui de la cybersécurité.

Rédigé par Théo Roux