Voilà encore les résultats d'une étude trouvée dans institut du nord de l'Europe ? Pas tout à fait, même si un peu. D'où est ce que je tire cette conclusion ? Je vais y venir. Quand les femmes voyagent pour leur travail, elles culpabilisent sur leur absence du foyer familial, et se sentent vulnérables. C'est là la conclusion d'une thèse réalisée par Gunilla Bergström Casinowsky, une chercheuse de l'université de Gothenburg, en Suède.

Celle-ci estime que "les perceptions sur la répartition des rôles entre les sexes sont encore plus enracinées dans l'univers professionnel. Les femmes sont encore censées faire passer en priorité leurs maisons et les enfants".

Ce n'est pas gai tout ça. Mais enfin, si les femmes ne peuvent pas voyager du fait de la pression sociale et de la culpabilité induite, cela signifie qu'elles seront les premières à se servir des technologies qui leur éviteront de voyager et de passer la nuit en dehors de leur foyer. D'où : "Les femmes useront plus de la téléconférence que les hommes". CQFD.

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia