Pour réduire les erreurs médicales, les ingénieurs de chez Panasonic ont mis au point un robot qui gère les prescriptions des patients. Selon eux, ce robot n’a pas vocation à remplacer les pharmaciens mais à les assister dans les hôpitaux.
Il n’a pas forme humaine, mais ressemble plus à une gigantesque armoire avec une multitude de tiroirs. Son principe est simple : les pharmaciens entrent les prescriptions propres à chacun des  patients et celui-ci puise dans son stock de médicament pour créer des petits récipients étiquetés au nom du malade. Et qui contiennent leurs prescriptions quotidiennes. Il faut savoir que ce stock est constitué par les pharmaciens qui insèrent dans le robot l’ensemble des médicaments qui constituent les prescriptions de tous les patients.
Selon Akira Kadota, porte-parole de Panasonic, la commercialisation a débuté au mois de mars au Japon et commencera d’ici peu aux Etats-Unis et en Europe. Son prix se chiffre en centaines de milliers d’euros.
Pour être honnête, je ne vois pas trop l’intérêt d’un tel appareil. A première vue, je vois au moins deux sources d’erreurs possibles : "l’erreur est humaine". Le pharmacien pourrait se tromper lorsqu’il rentre la prescription. Et "on n'est jamais à l’abri d’un bug" : la machine pourrait faire une erreur.

Rédigé par Romain Touret