Heures Supplémentaires : la faute au Blackberry ?

Aujourd’hui nous devons être joignables partout et tout le temps, et surtout pour notre job. Imaginez qu'après une promotion, votre patron vous attribue un téléphone. Le plus souvent un Blackberry ou un iPhone. Résultat : tout le monde s'attend souvent, inconsciemment ou non, à ce que vous soyez joignable 24/24. Du coup, pour vous avancer sur votre emploi du temps, vous décidez le matin dans les transports d’envoyer quelques mails. Autant de choses au final assez banales.

Aux Etats-Unis le mouvement est assez récent, mais suffisamment incongru pour avoir un retentissement mondial. Pour certains américains, le calcul est vite fait. Selon Les Echos, un policier a porté plainte contre son employeur, la ville de Chicago. Il dit avoir travaillé plus de 500 heures en plus de ses horaires habituels depuis 2007, en pianotant sur son Blackberry. Il réclame donc le paiement de ses heures. Le phénomène s’amplifie, plusieurs autres employés réclament ce droit envers leurs sociétés, quittes à se fâcher avec celle-ci.

Le problème est tel aujourd’hui que la loi prévoit bientôt d’encadrer ses pratiques afin de légaliser ce concept. Ouf, vous pourrez enfin retourner à votre Démineur le matin pendant votre trajet quotidien…

Rédigé par Elodie Ruet