Selon une enquête Euro-RSCG Ipsos menée auprès de 700 “euroleaders” de sept pays (Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne et Italie), même si 77 % des leaders d’opinion européens considèrent l’e...

Selon une enquête Euro-RSCG Ipsos menée auprès de 700 “euroleaders” de sept pays (Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne et Italie), même si 77 % des leaders d’opinion européens considèrent l’euro comme un atout pour la compétitivité de l’Europe, la moitié d’entre eux n’ont pas encore mis en place de procédure spécifique pour préparer son introduction effective. Bien que 90 % des Italiens, 82 % des Français, 78 % des Espagnols, 77 % des Allemands, 66 % des Anglais sont satisfaits de l’arrivée de l’euro, bien peu ont fait le nécessaire pour faciliter le passage à l’euro. Par exemple, la France n’a préparé que 20 % de son système informatique à cette transition 17 % de sa comptabilité ainsi qu’à l’organisation de son activité. Avec 40 % de son informatique préparée, 37 % de sa comptabilité, 32 % de sa politique commerciale, l’Allemagne arrive largement en tête. Les grands bénéficiaires du passage à l’euro sont pour les euroleaders les secteurs de la banque et des assurances. (L’Agefi 06/11/1998)