Prospective

Vers une plateforme de données sur la qualité de l'eau ?

  • 06 Fev
    2018
  • 2 min

Comment savoir si l'eau est potable ? La start-up Lishtot a inventé un appareil capable de donner la réponse sans entrer en contact avec le liquide.

L'eau est vitale. Mais peut devenir létale si sa qualité est altérée. Certains se fient par principe à l'eau minérale vendue en bouteille. Les Américains en sont devenus de grands consommateurs avec près de 148 litres par habitant en 2016. Problème : le plastique représente une menace pour la planète. Les huit millions de tonnes jetées tous les ans se retrouvent en partie dans l'océan, mettent en danger l'écosystème marin et, par extension, tout l'environnement. Alors comment s'assurer que l'eau des fontaines, du robinet et d'autres sources naturelles est potable ? Une start-up israélienne propose une solution qui ne nécessite pas d'entrer en contact avec le liquide. Présentée au CES 2018, la technologie de Lishtot analyse la qualité de l'eau et détecte les contaminants en utilisant le champ électrique. Chaque anomalie est relevée par les capteurs, capables ainsi de mettre en évidence la présence de métaux lourds, de pesticides, de toxines ou toute autre substance qui ne devrait pas se trouver dans de l'eau potable. L'appareil, nommé TestDrop, peut transmettre ses donnés à une application smartphone associée qui permet de recenser les sources d'eau impropres à la consommation à un instant T et celles qui sont saines. Une initiative complémentaire de celle de la start-up espagnol Closca qui liste les points d'eau potables pour remplir sa bouteille intelligente. Les San Franciscains pourraient être d'autant plus intéressés par ces innovations que la ville est récemment devenue une des premières à interdire la vente d'eau en bouteille d'un litre ou moins dans des zones publiques ou appartenant à la ville.

Rédigé par Sophia Qadiri