Selon une enquête menée en mars par Cap Euro, l'observatoire de la chambre de commerce et d'industrie de Paris, une PME française sur quatre parmi celles qui avaient annoncé leur intention de pass...

Selon une enquête menée en mars par Cap Euro, l'observatoire de la chambre de commerce et d'industrie de Paris, une PME française sur quatre parmi celles qui avaient annoncé leur intention de passer à l'euro dès 1999 a retardé ce passage à la fin de la période transitoire en 2002. Le plus souvent, une entreprise sur trois a reporté le basculement à 2002 et une entreprise sur quatre à 2000. Alors que 20 % d'entre elles, contre 37 % lors d'une précédente enquête, sont encore indécises sur la date effective de la conversion de leur capital social en euro, la date retenue pour cette opération est le plus souvent décalée à 2002. Il en va de même pour l'ouverture d'un compte bancaire en euros. Président de Cap Euro, Pierre Simon estime que "le passage à l'euro paraît moins prioritaire aux chefs d'entreprise petites et moyennes, qui ont de multiples préoccupations immédiates : assurer le chiffre d'affaires, gérer le dossier des 35 heures", tout en soulignant qu'il ne faut pas pour autant se laisser prendre "au piège des adaptations précipitées de la dernière heure". (Le Figaro - 3-4/04 - Le Parisien - 5/04/1999)