Deux groupes de PME ressortent de l’enquête de la chambre de commerce et d’industrie de Paris: un petit groupe très motivé ayant pris de l’avance et une majorité à la traîne. Toutefois, neuf entre...

Deux groupes de PME ressortent de l’enquête de la chambre de commerce et d’industrie de Paris: un petit groupe très motivé ayant pris de l’avance et une majorité à la traîne. Toutefois, neuf entreprises sur dix affirment être en mesure de traiter les factures qui leur seraient adressées en euros dès 1999. Le commerce de gros et les entreprises industrielles de plus de 50 salariés sont les champions de la préparation avancée. Les points noirs de l’impréparation des PME sont constitués par l’incertitude sur le calendrier de basculement des comptabilités en euros, l’hésitation sur les politiques tarifaires, la relative ignorance des conséquences sur les relations avec les banques et le déficit d’informations aux salariés. En présentant les résultats de l’enquête, Michel Franck, président de la CCIP constate “les résultats montrent que de nombreuses PME n’ont pas encore mesuré l’ampleur des changements liés à l’arrivée de l’euro. Les plus petites ignorent encore l’essentiel des difficultés pratiques qui les attendent et ne semblent pas avoir mesuré l’ampleur des remises en cause liées au passage à la monnaie unique”. (La Tribune - 24/09/1998)