les ministres des Finances des Quinze n'aient pas réussi à se mettre d'accord hier à Bruxelles sur la création d'un Conseil de l'Euro ou Euro X, cette instance informelle, proposée par la France, ac...

les ministres des Finances des Quinze n'aient pas réussi à se mettre d'accord hier à Bruxelles sur la création d'un Conseil de l'Euro ou Euro X, cette instance informelle, proposée par la France, acceptée par l'Allemagne, verra toutefois le jour. Seuls les ministres des quatre pays absents de la première vague de la monnaie unique (le Royaume-Uni, le Danemark, la Suède, la Grèce) lui ont refusé l'aval unanime de l'Union, espérant toujours y être associés sous une forme restant à déterminer. L'important pour Paris et Bonn était surtout d'obtenir l'aval des pays appelés à siéger dans ce groupe Euro X, ce qui a été fait sans difficulté. Le Comité monétaire va maintenant étudier plusieurs propositions de formules de compromis pour informer les autres. Elles seront présentées au Conseil européen du 1er décembre. Il reste encore deux difficultés à régler, d'une part, la participation facultative ou systèmatique de la Commission, d'autre part celle de la future Banque centrale européenne (BCE). (Les Echos - La Tribune - Le Figaro - 18/11/1997)