Prospective

Et si on sauvegardait votre cerveau dans le cloud ?

  • 15 Mar
    2018
  • 2 min

La start-up Nectome propose à ses clients d'embaumer leur cerveau en attendant de pouvoir peut-être un jour télécharger leur conscience dans le cloud.

Télécharger le cerveau de personnes décédées pour pouvoir ensuite faire revivre l'être aimé dans un corps d'acier ou un avatar virtuel. On croirait lire le synopsis de l'un des épisodes de la série de science-fiction dystopique Black Mirror, « San Junipero ». Et pourtant, c'est Michael McCanna, diplômé du très sérieux MIT, qui a eu cette idée folle. Sa start-up Nectome a développé une offre d'embaumement high-tech dernier cri qui ambitionne de conserver parfaitement la substantifique moelle du cerveau humain pendant des centaines d'années, en attendant que les progrès de la science et de la technologie permettent, un jour peut-être, de télécharger la conscience humaine dans le cloud. Le prix à payer pour tester cet idéal transhumaniste ? Sa vie et quelques 10 000 dollars. De quoi creuser encore les inégalités entre ceux qui peuvent prétendre à la vie éternelle et ceux qui n'en ont pas les moyens. Ils sont déjà une vingtaine à avoir souscrit à cette offre « mortelle », qui soulève bien des débats éthiques puisque le procédé ne marche que sur un cerveau frais – comprenez : le produit chimique injecté pour embaumer synapses et neurones est... léthal. La jeune pousse américaine soutenue par le très prestigieux Y Combinator s'appuierait sur la loi californienne sur la fin de vie qui permet le suicide assisté à des patients en phase terminale. En attendant que cela soit légal, et que leur procédé d'embaumement soit testé sur l'humain, ils ont déjà reçu un prix de 80 000 dollars pour avoir réussi à préserver parfaitement le cerveau d'un cochon. Pas sûr que la mort de la mort, dans de telles circonstances, soit un avenir désirable. Arthur Shopenhauer ne disait-il pas « qu'exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini » ?

Rédigé par Oriane Esposito