Prospective

Qui sème le vent récolte… de l'énergie !

  • 22 Mar
    2018
  • 2 min

Et si le courant d'air généré par le passage d'un train dans un tunnel pouvait être source d'électricité ? C'est le pari de la jeune pousse britannique Moya Power.

Générer de l'électricité grâce au vent est à la fois courant et ancien : les éoliennes ont aujourd'hui remplacé les moulins à vent de Cervantes. En France, 3,9% de la production d'électricité est due à l'activité du parc éolien, selon des chiffres de 2016, contre 6,33% aux États-Unis en 2017. Mais cette part pourrait bien augmenter grâce à de nouvelles techniques. Une start-up britannique a ainsi eu l'idée de miser sur le courant d'air lié au passage d'un train dans un tunnel pour générer de l'électricité. La solution de Moya Power repose sur des matériaux piezoélectriques, capables de capter de l'énergie grâce au mouvement. Les lamelles de plastique souple semi-transparentes installées sous les tunnels peuvent convertir n'importe quelle micro-quantité d'énergie issue du mouvement du vent, en électricité utilisable, stockée dans une batterie. Ces feuilles de plastique ont l'avantage d’être peu onéreuses, légères et le modèle, facilement réplicable. Outre ce projet mis en œuvre dans le réseau ferroviaire britannique (Crossrail), l'objectif plus global est d'utiliser les infrastructures urbaines existantes pour capturer l'énergie là où elle se crée et où des solutions traditionnelles comme un panneau solaire seraient inefficaces. Une initiative bienvenue dans un monde où la demande d'énergie en zone citadine augmente fortement, au moins aussi vite que la population des villes.

Rédigé par Sophia Qadiri