Prospective

La start-up Jana facilite l’accès à internet dans les pays en développement

  • 28 Nov
    2017
  • 2 min

Une start-up américaine aide les habitants des pays en développement à accéder gratuitement à internet, pour pouvoir profiter des services en ligne.

La technologie est parfois vecteur d’inégalités : les villes les plus innovantes verraient ainsi l’écart se creuser entre les plus riches et les moins aisés, d’après une récente étude. À l’inverse, le mouvement « Tech For Good » rassemble les start-up qui agissent pour une meilleure inclusion sociale. Parmi elles, Jana facilite l’accès à internet, en particulier dans les pays émergents. Un objectif que s’étaient également fixé Facebook et Google. Le premier, via le programme Free Basics, proposait une sélection de services internet gratuits, incluant Facebook, en partenariat avec des opérateurs télécoms. L’initiative, lancée en Inde en 2015, s’est heurtée aux principes de la neutralité du net. Quant à Google Fiber, l’idée initiale de la maison-mère du moteur de recherche était de faire payer uniquement les frais d’installation et de permettre aux utilisateurs ensuite de profiter d’un internet gratuit et illimité. Là encore, Google a dû revoir sa copie et changer son offre, probablement pour des raisons économiques. La jeune pousse Jana a une autre stratégie. C’est grâce à la publicité qu’elle finance l’accès à internet de ses utilisateurs. La start-up, basée à Boston, s’adresse à ceux qui disposent d’un réseau internet mais qui n’ont pas les moyens financiers de payer la connexion. Quarante millions de personnes bénéficient désormais de ses services dans le monde. Alphabet et Facebook ont tenté de résoudre une autre difficulté, non pas matérielle mais technique, en apportant internet aux zones enclavées, via les ballons stratosphériques de Project Loon et le drone solaire Aquila. Il semblerait cependant que ce ne soit pas pour demain. Est-ce à dire que les jeunes start-up ont encore une chance de concurrencer les GAFA ?


Rédigé par Sophia Qadiri