C'est ce que devait se répéter Christophe Lambert dans Highlander (leitmotiv que les producteurs auraient du appliquer au film, mais ce n'est pas le sujet). C'est aussi le mantra que Dassault Systèmes pourra afficher dans sa communication institutionnelle. Pourtant, il y a en avait trois, il y a peu. Business Objects – un champion local spécialisé dans les outils capable de tirer de l'information de chiffres de vente – s'est fait manger par SAP (éditeur allemand de logiciels destinés à gérer une entreprise dans son ensemble). Ilog, lui, vient tout juste de disparaître dans la nébuleuse IBM pour 215 millions d'euros "or approximately $US340 million". Ilog ? Disons comme Wikipedia que l'entreprise commercialisait des produits "permettant de redéployer rapidement des changements dans les politiques et procédures". Voilà, ça c'est fait. Quoi qu'il en soit, Ilog faisait partie des rares éditeurs de logiciels hexagonaux connus au niveau international. Reste donc dans la catégorie "icônes de l'édition de logiciels en France" la filiale de Dassault, qui avance sur le terrain de la conception assistée par ordinateur et la 3D. Que reste il également ? Plein de petits, dont Truffle a dressé la liste en avril dernier.

Rédigé par Renaud Edouard-Baraud
Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia