Faudra-t-il bientôt ajouter au traditionnel contrôle alcootest sur l’autoroute une vérification des statuts Facebook et Twitter ?

On peut se poser la question au regard du résultat d’une étude britannique. D’après elle, un conducteur sur neuf outre Manche avoue mettre à jour son statut Facebook ou Twitter sur la route.

C’est encore relativement peu comparé à la bonne moitié qui admet répondre au téléphone ou envoyer des sms au volant, mais tout de même.

[@CrazyDriver - Re-twitt plz, Im Having a Car Accident Right N0w]

Rédigé par Nathanaël Vittrant