Prospective

La vie après l'IA : la fin du travail ?

  • 18 Mai
    2018
  • 2 min

Une infographie réalisée par Online Schools Center chiffre les futurs potentiels vers lesquels nous amène inévitablement l'intelligence artificielle.

D'ici 2033, 47% de nos emplois seraient impactés par l'arrivée de l'intelligence artificielle en entreprise. Alors, quel en est l'impact ? C'est ce que l'infographie élaborée par l'Online Schools Center tente de comprendre. Le constat est frappant : un seul robot peut fournir la quantité de travail équivalente à la production de plus de cinq personnes. On comprend alors l'intérêt pour les entreprises d'optimiser leur business en remplaçant les emplois salariés par des machines. D'ailleurs, la part d'employés dans les entreprises réduit d'année en année, une tendance qui pourrait vite s'accroître puisque d'ici 2025, le nombre de robots en entreprises pourrait être multiplié par quatre. Sur cette base, comment appréhender la société de demain ? L'automatisation d'un grand nombre de tâches va mener, selon les auteurs, à une nouvelle répartition des temps de travail. Ils rappellent, en effet, que la précédente révolution industrielle a fait passer la semaine de travail de 60 à 40 heures, bouleversant alors le paysage social et politique de nos civilisations. Il en sera de même demain. Plus encore, il convient de repenser notre rapport même au travail et nos circuits économiques au travers de ce nouveau cadre : peut-on penser un monde où le travail ne serait plus un impératif social ? Peut-on penser un droit à l'inactivité ? Aussi, au-delà des implications organisationnelles causées par l'introduction de l'IA dans le monde du travail, c'est donc la notion même de travail qui s'hybride. Si le revenu universel ou la gig-economy sont des pistes à étudier de près, elles ne sont certainement pas les seules. À nous tous donc d'écrire ce que seront nos vies après l'IA.

Rédigé par Théo Roux