Prospective

Les Water Tech font des vagues aux États-Unis

  • 26 Fev
    2018
  • 2 min

Les technologies autour de l’eau déferlent sur les États-Unis, que ce soit pour l’économiser, la purifier ou l’emballer tout en préservant l’environnement.

D’ici 2025, la moitié de la population mondiale vivra dans des zones de stress hydrique, d’après l’Organisation Mondiale de la Santé. La Californie a souvent fait l’expérience de la sécheresse et l’hiver actuel, doux et sec, fait redouter un retour à une période de pluviométrie faible. Le Golden State tente à tout prix d’économiser l’eau - et pourrait pour cela profiter de la technologie mise en place par les start-up de la Water Tech. Un accélérateur spécialisé est justement né l’an dernier dans la région de Cincinnati aux États-Unis et a mis en lumière ces technologies écologiques axées sur l’eau. Pipeline H2O recherche ainsi des solutions liées aux infrastructures, au recyclage et à la réutilisation, aux eaux usées, à la surveillance et aux compteurs et des innovations pour les consommateurs. Sept start-up participent à la promotion 2018 depuis quelques semaines. Folia Water en fait partie. Également passée par l’accélérateur 500 startups, la jeune pousse a conçu un filtre bon marché, en papier, pour tuer les microbes et rendre l’eau potable dans les pays en développement. Cerahelix a aussi développé un filtre, en céramique (recyclable) cette fois, pour purifier l’eau usagée via un processus qui requiert moins d’énergie que d’accoutumée. Autre start-up dans les tuyaux, la Californienne DropWater se concentre sur l’emballage de l’eau et s’attache à le fabriquer en accord avec la planète, pour pallier l’utilisation des bouteilles en plastique particulièrement nocives pour l’environnement. Ces innovations rejoignent celles proposées par Closca ou Lishtot. Et risquent de devenir primordiales pour inciter et aider les citoyens à économiser l’eau et comprendre que faire un effort en ce sens n’est pas la mer à boire.

Rédigé par Sophia Qadiri