Les bannières publicitaires, encore un bel avenir...

Les bannières publicitaires, encore un bel avenir...
"Les bannières publicitaires, c'est bien connu, personne ne clique dessus". Les internautes confirmés peut-être pas, en effet, las qu'ils sont de ces encarts colorés qui meublent les alentours des pages Internet. Pourtant, il existe bien des internautes qui cliquent sur les bannières publicitaires, puisque les annonceurs ne se lassent pas de ce format...
Pour preuve, les chiffres européens livrés par Nielsen//NetRatings : le nombre de bannières publicitaires est passé de 76 375 en novembre 2003 à 94 969 en novembre 2004, progressant ainsi de 24 % en un an. Suède, France et Pays-Bas ont même vu leur volume progresser de plus de 30 %. La raison de leur succès ? Elles sont simplement jugées moins intrusives que les pop-up !
Les liens sponsorisés sur les moteurs de recherche : une logique commerciale ignorée
Cette manne que sont les liens sponsorisés est-elle promise à un essoufflement, ces prochaines années. Pour l'instant, les moteurs de recherche n'ont pas trop de soucis à se faire. Selon l'institut Pew Internet and American Life, 62 % des utilisateurs de ces moteurs ne connaissent pas la différence entre ces liens et les liens organiques. Et parmi ceux qui sont conscients de leur existence sur le web, ils sont 45 % à affirmer ne pas savoir faire la différence entre ces deux types de liens !
Au-delà de cette ignorance des liens, beaucoup d'internautes acceptent le principe selon lequel la gratuité des moteurs est conditionnée par l'apparition de liens sponsorisés : ils sont ainsi 70 % à ne pas voir d'inconvénient dans l'affichage de liens commerciaux.
Le blog publicitaire : le pari de Nike…
Plus flexible qu'un site institutionnel, la forme du blog a été adoptée en juin 2004 par le fabricant d'équipements sportifs Nike. Sur ce blog, rien à vendre : l'objectif est de s'assurer une belle visibilité grâce à un petit site bonus. Nike a ainsi décidé de proposer sur son blog des courts-métrages réalisés par quinze jeunes réalisateurs sur le thème de la vitesse.
Quel sera l'avenir du blog en 2005 ? Sur cette question, les avis sont partagés. Certains avancent que le medium ne fonctionnera pas. Leur argument : les internautes aiment les blogs pour leur indépendance d'esprit et leur liberté de ton. En attendant, les marketeurs sont impatients de plonger dans la blogosphère...
La publicité détournée : du bon (et du mauvais) usage de l'humour
Internet peut faire du bien à l'image, mais aussi du mal. C'est ce qu'a appris à ses dépens le constructeur automobile Volkswagen, lorsqu'il a vu l'une de ses publicités détournées sur Internet, dans une version à l'humour plus que douteux.
Utilisant le logo et le slogan de la marque Volkswagen, la publicité détournée présente un kamikaze arabe, au volant d'une Polo. Il gare sa voiture dans un quartier commerçant et se fait exploser en pleine rue, toujours à l'intérieur de son véhicule ; l'explosion se produit, on entend la déflagration, et pourtant ni la voiture ni les environs ne sont touchés. Le slogan apparaît alors : "Petit mais costaud".
Pour Volkswagen, la diffusion de ce genre de vidéo est difficile à attaquer. L'on peut d'ores et déjà présager que de plus en plus d'entreprises et de groupes auront du fil à retordre avec le détournement de leurs publicités sur Internet.