La 3D, et bientôt le son: l'expérience utilisateur de SecondLife et consorts s'approchent de la perfection... Pour mieux nous faire consommer...

La 3D, et bientôt le son: l'expérience utilisateur de SecondLife et consorts s'approchent de la perfection... Pour mieux nous faire consommer.
 
Acheter en ligne aujourd’hui, c’est faire ses emplettes dans un monde plat, bien loin de la réalité. Une visite du magasin d’électronique Circuit City, sur l’île d’IBM dans Second Life s’impose. Toucher les produits en trois dimensions, changer la couleur des iPods en présentation: voilà bien un aspect qui manquait cruellement au commerce électronique. Il est maintenant possible d'imaginer le même dispositif dans un supermarché virtuel en trois dimensions.
 
L'achat en ligne classique: désespérément plat
 
Faire ses courses dans une grande surface virtuelle ressemblant à celles auxquelles nous sommes habitués, pouvoir « toucher » les produits, accéder à toutes les informations sur leur composition et leurs caractéristiques... La troisième dimension, qui nous rapproche du monde réel, apporte un indéniable plus.
La 3D n'est pas une fin en soi.
 
Avec la voix, qui est annoncée sur Second Life pour les semaines à venir, c’est l’échange entre personnes qui va également évoluer. N’est-il pas plus naturel de parler avec les personnes que l’on rencontre plutôt que de chatter? Et le fait d'ajouter une représentation virtuelle de la personne ne rajoute-t-il pas la dimension qui manquait jusqu’ici au chat, adoré des adolescents?
 
Ne pas oublier l'humain derrière l'avatar
 
Même si l’avatar n’est qu’une représentation sublimée de l’internaute, Gartner rappelle à juste titre qu’il y a une personne bien réelle derrière ce personnage virtuel. On aurait tort de l’oublier.
 
Nous n’en sommes pas encore au temps où notre navigateur sera en trois dimensions, et où nous surferons avec notre avatar. Gartner encourage donc toutes les entreprises à expérimenter les mondes virtuels avec un zeste de prudence et en limitant les investissements pour le moment. Pour autant, on aurait tort de nier les avantages liés à ce nouveau mode de navigation, qui est au fond bien plus naturel. Il y a fort à parier que les jeunes générations vont être les grands acteurs de cette nouvelle façon de surfer.
 
Quant à savoir qui sera le vainqueur de cette bataille: Second Life, There, de nouveaux entrants ou des grands du secteur: patience. Une belle bataille s’annonce pour la conquête du navigateur en trois dimensions de demain.
 
Dominique Piotet, à San Francisco pour L’Atelier